Actualités sportives

Un FC Metz expérimental tenu en échec par Sochaux (0-0)

17 janvier 2020 à 20h56 Par Axel Watrin
FC Metz - Sochaux ce vendredi 17 janvier à Saint-Symphorien
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

En attendant Reims la semaine prochaine, les Grenats se sont offert un match amical contre les hommes d’Omar Daf ce vendredi. Une rencontre aux allures de laboratoire pour le FC Metz, qui a évolué avec trois défenseurs centraux en première période.

Vincent Hognon voulait « garder le rythme ». Le FC Metz a donc profité d’une large fenêtre (deux semaines sans jouer) pour s’opposer au FC Sochaux-Montbéliard (L2) ce vendredi à Saint-Symphorien. Histoire de garder les organismes en éveil jusqu’au 25 janvier, date de son prochain rendez-vous en championnat, à Reims.

Le onze aligné en première période avait des allures de Ligue 1, avec les présences notables d’Oukidja, Centonze, Boye, Bronn, Maïga ou encore Diallo. Les Messins n’ont d’ailleurs pas tardé à se mettre en action. Sur un corner de Vincent Pajot, Habib Maïga voyait sa tête passer juste au-dessus des cages du capitaine Maxence Prévot (6’). Mais les Sochaliens n’ont pas démérité. La réponse doubiste aurait pu intervenir sur corner également, mais la tête de Sloan Privat échouait sur la transversale d’Oukidja (21’). Avant la pause, la reprise de volée signée Pajot obligeait le portier adverse à la parade (43’).

Aux retours des vestiaires, Vincent Hognon procédait à une large rotation d’effectif, avec les entrées des jeunes Guillaume Dietsch dans les buts et de Lenny Lacroix. Le portier mosellan s’est notamment illustré en remportant un face-à-face avec Jérémy Livolant (47’). Le défenseur central s’est, en revanche, montré moins à l’aise face au remuant Abdoulaye Sané. Le Sochalien s’est joué du jeune Messin avant de trouver le montant gauche de Dietsch (60’). En attaque, le FC Metz a misé sur Pape Ndiaga Yade, dont les accélérations côté gauche ont créé des brèches dans la défense franc-comtoise. Son compatriote Ibrahima Niane ne les a pas exploitées (90’).

Un 3-5-2 novateur

De ce nul de parité, on retiendra que le FC Metz a évolué dans un schéma inédit durant les quarante-cinq premières minutes. Trois défenseurs centraux ont été alignés par Vincent Hognon dans le premier acte (Bronn, Boye et Fofana). Ce qui a permis à Fabien Centonze et Thomas Delaine d’évoluer un cran plus haut dans les couloirs. Devant, Habib Diallo a partagé le front de l’attaque avec Ibrahima Niane. Un 3-5-2 qui n’a finalement pas pesé dans la balance, mais qui demanderait à être davantage travaillé. À suivre.

Vincent Hognon (entraîneur du FC Metz) : « Il fallait évidemment garder le rythme parce qu’on ne s’est pas qualifiés en Coupe de France. On avait besoin de donner du temps de jeu à pas mal de joueurs. J’ai vu des équipes sérieuses, de l’intensité aussi. C’était loin d’être un pur match amical juste pour combler ce week-end. J’ai vu des choses intéressantes, cela nous a permis d’incorporer beaucoup de jeunes à la fin. Je suis assez satisfait du déroulement global même si on aurait dû faire mieux notamment en deuxième mi-temps. Le nouveau schéma ? On montre qu’on n’est pas fermés. C’était l’occasion. Ce nouveau système a montré certaines choses. C’était encore un peu tôt certainement parce qu’on l’a assez peu travaillé. Il faut essayer de se donner le maximum de choix tactiques différents ».

Écouter le podcast