Actualités sportives

Pas de miracle pour le FC Metz face au PSG (0-2)

31 août 2019 à 01h21 Par Axel Watrin
Habib Maïga (FC Metz) après FC Metz - PSG (0-2)
Crédit photo : Doriand Kintzing / Direct FM

Le club à la Croix de Lorraine n’a pas démérité face à un PSG amputé de nombre de ses stars. Il en fallait toutefois plus pour venir à bout du champion de France, beaucoup plus réaliste ce vendredi soir.

Le résultat semble logique. Et pourtant, le FC Metz pouvait peut-être espérer davantage ce vendredi soir à Saint-Symphorien. Devant lui, un PSG châtré de ses meilleurs éléments (Neymar, Cavani et Mbappé en tête de liste). Derrière lui, un stade plein et une ferveur des grands jours. Le décor planté, Metz n’avait rien à perdre contre le champion de France en titre pour ce 4ème match de la saison.

Mais à trop vouloir bousculer physiquement les Parisiens, les protégés de Vincent Hognon ont donné le bâton pour se faire battre. Titularisé pour la première fois depuis Strasbourg, Mamadou Fofana fauchait Di Maria dans la surface messine. Trop en retard sur son vis-à-vis, le Messin laissait l’Argentin transformer l’essai en prenant Oukidja à contre-pied (0-1, 11’). Une première punition qui aurait pu en cacher une autre : oublié au second poteau sur corner, Idrissa Gueye manquait sa tête (18’).

Certains supporters messins se sont ensuite distingués en déployant une banderole peu au goût des délégués du match. Sommés par le speaker de la remballer, les bons samaritains ont obéi, permettant à la rencontre de repartir après deux minutes d’interruption (21’). Pour en revenir au sportif, le FC Metz s’en remettait au génie d’Habib Diallo, inspiré en première période. Après une reprise de volée à l’entrée de la surface (15’), l’attaquant sénégalais n’était pas loin d’égaliser (25’) sur un contrôle de la poitrine et frappe enchaînée. La constat restera cependant implacable : la réussite a cruellement manqué aux Messins.

Le réalisme a choisi son camp

Farid Boulaya pourra lui-aussi en témoigner. Le Franco-Algérien était proche de reprendre de la tête un ballon venu de la droite (75’), avant d’obliger le portier parisien Marcin Bulka, remplaçant au pied levé d’un Alphonse Aréola proche d’un départ, à la parade sur un coup-franc lointain mais vicieux (78’). Entretemps, s’il n’a pas outrageusement dominé les débats, le PSG s’est mis à l’abri par l’homme en forme dans les rangs de Thomas Tuchel. Sur coup-franc, Marco Verratti déposait le cuir sur la tête d’Eric-Maxim Choupo-Moting. En retard sur son marquage, John Boye ne pouvait que constater les débats (0-2, 43’).

Comme à Angers six jours auparavant, le FC Metz a abordé la seconde période mené de deux buts. Après la pause, et hormis les deux situations de Farid Boulaya, Bulka a passé une fin de rencontre relativement tranquille. Metz pourra s’en mordre les doigts. Moins fringant que lors de sa dernière venue à Saint-Symphorien, le PSG n’a pas été irréprochable dans le contenu. Face à lui, les Grenats ont été combatifs et leur copie a été plus honorable qu’en Anjou. Las, la réussite avait choisi son camp. Le président Bernard Serin pourra néanmoins savourer les quatre points au compteur à la fin du mois d’août. Pour un promu, il y a des raisons de s’en réjouir.

Réactions

Vincent Hognon (entraîneur du FC Metz) : « Perdre 2-0 contre Paris sur 2 coups de pieds arrêtés, c’est un secteur qui nous coûte ce résultat, parce que finalement on a été assez peu en danger dans le jeu même si on a dû courir après le ballon. Par rapport à cela, il y a de la frustration et de la déception. Ce que je veux, c’est voir le comportement de mon équipe quelque soit l’adversaire. J’ai vu un FC Metz très valeureux ce soir, il nous a manqué la réussite. Sincèrement, être aussi peu en danger contre eux, c’est la satisfaction ».

Écouter le podcast

Thomas Tuchel (entraîneur du PSG) : « Ce n’était pas facile parce que c’était une semaine avec des possibilités d’être déconcentrés. Mais l’équipe a montré un niveau très sérieux, c’était nécessaire pour gagner. Ce n’est pas facile de jouer contre Metz. C’était une performance sérieuse. C’est évident qu’on manque de qualité en 1 contre 1 pour créer plus d’occasions. C’est la troisième fois qu’on n’encaisse pas de buts en quatre matchs. C’est bien, parce qu’on n’a jamais perdu notre organisation ».

Écouter le podcast

Renaud Cohade (milieu de terrain et capitaine du FC Metz) : « Le pénalty a été un tournant du match. On a fait notre match face au PSG qui a eu une grosse maîtrise. Le pénalty nous fait mal. On a eu quelques opportunités. C’est comme ça, il faudra travailler. Ça fout toujours les boules de perdre. On est toujours en apprentissage sur certains points. On prend 2 buts sur coup de pied arrêtés, c’est un peu le point noir. On va relever la tête ».

Écouter le podcast

Thomas Delaine (défenseur du FC Metz) : « Il nous a manqué de la concentration et de la détermination sur CPA et de la lucidité dans nos derniers mouvements. Malgré tout, on retient beaucoup de positif de ce match. On n’a pas été ridicule dans le contenu. On a un groupe jeune qui n’a pas beaucoup d’expérience de Ligue 1. Ce match va nous faire du bien pour la suite du championnat. C’est sûr qu’il y a des regrets, parce que le pénalty arrive sur un corner. On aurait peut-être pu le dégager. On n’a pas pris de valise ensuite, c’est positif pour la suite ».

Écouter le podcast

Habib Maïga (milieu de terrain du FC Metz) : « En première mi-temps on a eu du mal. Après, c’est ça les grandes équipes. Deux occasions, deux buts … On n’a pas su concrétiser nos occasions. Par moments, on en a eu, surtout en deuxième mi-temps. On avait à cœur de bien commencer le match, mais le pénalty est arrivé un peu tôt. Le championnat n’est pas fini. C’est un bon début de saison, même si on peut faire mieux. Il ne faut pas se coucher sur ces 4 points. La trêve internationale est bien tombée, on va recharger les batteries ».

Écouter le podcast

Alexandre Oukidja (gardien de but du FC Metz) : « Ce qui nous a posé problème à la mi-temps, c’est qu’on a pris deux buts sur coups de pieds arrêtés. Sur l’ensemble du match, on est déçus parce qu’on leur a posé pas mal de problèmes. Et on a été solides défensivement malgré ces deux buts. Il faut savoir que dans notre effectif, il y a des jeunes qui ne connaissent pas la Ligue 1. Donc on est toujours en apprentissage. On est contents pour la suite, j’espère que ce match servira pour la suite du championnat ».

Écouter le podcast