Actualités régionales

Nancy : une maison d'accueil pour les femmes victimes de violences va ouvrir

02 octobre 2020 à 13h00 Par Clément Gondolff
Une maison dédiée aux femmes victimes de violences va voir le jour à Nancy (Meurthe-et-Moselle).
Crédit photo : Illustration/Pixabay

Le conseil municipal de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a voté la construction d'une maison d'accueil dédiée aux femmes victimes de violences et leurs enfants.

L'initiative a été validée à l'unanimité. Lundi 28 septembre 2020, le conseil municipal de Nancy a enteriné la construction d'une maison d'accueil pour les femmes victimes de violences.

"L’idée est d'en faire un lieu au service des femmes. Un lieu qui les aide à s’extraire des situations de violences qui sont dans le cercle privé, mais aussi dans la rue, dans les transports ou au travail", prévient d'emblée Lauranne Witt, conseillère municipale déléguée à l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les violences faites aux femmes. 

Une maison ouverte en continu

Si le lieu ainsi que la date d'ouverture de cet espace restent encore à définir, on connaît déjà les grandes lignes de ce projet. 

Ouverte 24h/24, 7j/7, la maison servira aussi bien d'espace de prévention et de renseignements la journée, que de lieu d’accueil d’urgence pour les femmes en situation de détresse, la nuit comme le jour. 

Lauranne Witt, élue en charge du dossier : Écouter le podcast

Sur place, des médecins, des travailleuses sociales et des policiers

Pour que l'aide apportée soit la plus complète et riche possible, cette maison d'accueil devrait regrouper des personnels issus de plusieurs corps de métier. 

"Il y aura une équipe pluridisciplinaire à la fois sur les questions de santé, avec des sage-femmes et des médecins, sur les questions juridiques, sur les questions d’aides sociales, avec des travailleuses sociales, et sur des questions d’aide au dépôt de plainte, avec des fonctionnaires de police", certifie Lauranne Witt. 

Et de poursuivre : "L'idée, aussi, est que cette équipe soit spécifiquement formée à l’acueil des victimes de violences conjugales. Parce qu’on sait que l'emprise du conjoint est un phénomère complexe à défaire, et donc, que les femmes ont besoin de personnels forméé pour les aider et les accompagner."