Actualités sportives

Le nouveau centre d’entraînement du FC Metz se dévoile

21 février 2019 à 23h21 Par Axel Watrin
Vue 3D du nouveau centre d'entraînement du FC Metz à Frescaty
Crédit photo : Moreno Architecture

À quelques mois de la démolition de la tribune sud du Stade Saint-Symphorien, les travaux s’accélèrent sur le site de l’ancienne BA-128 de Marly-Frescaty. Ici, tout doit être prêt à la mi-juin pour accueillir l'effectif professionnel, avant que les autres groupes (U17, U19, équipe réserve) n’investissent le nouveau centre d'entraînement à leur tour. État des lieux avec le président du FC Metz Bernard Serin, chef de chantier d’un jour.

Écouter le podcast

Sur les lieux de l’ancienne base de Marly-Frescaty, au beau milieu du hangar HM17 qui accueillait autrefois les avions « Transall » de l’armée et qui abritera d’ici peu un terrain synthétique, le président du Football Club de Metz Bernard Serin n’est pas peu fier. Parce que d’ici quelques mois, un nouveau centre d’entraînement deviendra un argument de poids dans la quête de nouveaux joueurs. Le dirigeant prend d’ailleurs sans retenue le cas de Sam Larsson, l’international suédois qui avait visité les actuelles installations de l’équipe messine à l’aube de la saison 2017-18 de Ligue 1. « Il est venu. Il n’est jamais revenu » se désole t-il. Par cet investissement sans précédent dans l’histoire du FC Metz, le Pougétois entend bien « attirer des joueurs de manière efficace ». A fortiori, éviter que certains, comme Larsson, ne rebroussent chemin.

En juin dernier, le club à la Croix de Lorraine avait révélé les premières esquisses de son nouveau bijou. À savoir, 31 hectares de l’ancienne base aérienne, qui serviront à terme de camp d’entraînement aux différentes équipes qui évoluent sous les couleurs du FC Metz. Mais aussi, un lieu destiné à devenir un cadre de vie pour les joueurs, qui pourront passer leur journée dans un cadre propice à leur épanouissement sportif.

« Les joueurs vont apprécier »

Question calendrier : le projet des dirigeants messins fait écho à l’autre dossier du moment, celui de la démolition de la tribune Sud du Stade Saint-Symphorien. La suite est une question de timing. Lorsque les bulldozers commenceront à oeuvrer en mai prochain sur l’enceinte des Grenats, les joueurs de l’équipe professionnelle doivent être en mesure de s’entraîner les semaines suivantes à Frescaty. « Les travaux ont commencé il y a 2 mois. Il faut accélérer maintenant pour que les pros soient là le 15 juin » table le président Serin. Pour le successeur de Carlo Molinari, les délais « seront compatibles mais tendus ». Tout retard proscrit.

Écouter le podcast

Justement, les premiers coups de pelle qui ont eu lieu début janvier sont destinés à accueillir l’équipe première dans les temps. À leur arrivée, les joueurs pourront fouler 5 terrains d’entraînements et jouir d’un bâtiment de 1000m² attenant au hangar HM17. Ils y trouveront le nécessaire (vestiaires, salle de musculation, bureaux du staff et de  l’intendance) pour la saison 2019-2020. Une « solution provisoire tellement supérieure à ce que nous avons aujourd’hui que je suis sûr que les joueurs vont apprécier le changement » a promis Bernard Serin devant les journalistes présents à Frescaty ce jeudi.

Provisoire, car l’équipe pro montera progressivement en gamme dès la saison prochaine. Si les protégés de Frédéric Antonetti pourront profiter du terrain couvert du hangar HM17 le 15 novembre prochain, ils franchiront un cap lorsque sortira de terre un complexe de 3000m² où leur seront dédiés vestiaires, salle de soins et de musculation. Dans un bâtiment adjacent, ils trouveront un lieu de résidence qui leur permettra de séjourner sur le site.

Le HM 17, « un vrai atout » pour l’hiver

Mais la particularité des nouvelles installations messines réside ce ce fameux hangar. Véritable mastodonte au cœur du nouveau centre des Grenats, le HM17 fait figure de colosse, avec ses 80 mètres de longueur et 50 de largeur, jadis consacrés aux avions de l’Armée de l’Air, qui abritera à l’automne un terrain couvert synthétique. Grâce à cet outil, le FC Metz s’affranchit pour de bon des contraintes liées aux conditions météorologiques parfois exécrables, souvent en hiver. « On connaît la rigueur des hivers lorrains. La réalité, c’est que nous sommes pénalisés dans le nord-est de la France par rapport aux clubs du sud ou de l’ouest en période hivernale sur les conditions d’entraînement constate Bernard Serin. Lorsque les terrains sont gelés ou enneigés, on ne s’entraîne pas bien. Ici, nous aurons des conditions d’entraînement parfaites ».

Écouter le podcast

À l’extérieur aussi, pour peaufiner la préparation du groupe professionnel par tous temps, le FC Metz a prévu de lui octroyer un terrain « aux mêmes dimensions qu’à Saint-Symphorien », doté de la technologie AirFibr. Particularité de ce terrain d’entraînement, il sera chauffé. Ce qui facilitera son exploitation, y compris par conditions météorologiques capricieuses.

La suite du projet sera consacré au groupe élite (U17, U19 et équipe réserve) et au centre de formation (dont l’installation est prévue dans 16 mois) qui profiteront eux-aussi d’aménagements spécifiques sur le site de l’ancienne BA128. Deux terrains de compétitions avec tribune permettront la tenue de matchs officiels. Lors de la finalisation des travaux du centre d’entraînement en 2022, l’école du football, qu’apprécient les jeunes joueurs en devenir, devrait également avoir investi les lieux.

« Un complexe sans équivalent »

À l’énumération des différents travaux prévus à Frescaty, difficile de nier que le FC Metz entrera dans une nouvelle ère. « Le budget qu’on y consacre n’a pas vraiment d’équivalent. Cela montre l’ambition du club » explique d’ailleurs le président de l’entité mosellane. Avec un montant avoisinant les 32 millions d’euros, entièrement financé par le club à la Croix de Lorraine, le nouveau centre d’entraînement des Grenats sera à coup sûr l’un des plus perfectionnés de l’hexagone. Même si Bernard Serin n’omet pas de citer ceux de Nice et de Reims, « un complexe comme celui-ci avec 6 terrains d’entraînements, 2 terrains de compétition, une halle couverte. Il n’y a pas d’équivalent ! ». Un projet qui doit servir d’auxiliaire aux ambitions du FC Metz sur le long terme : pérenniser le club dans l’élite du football français. L’avenir nous dira si le dirigeant a réservé une invitation à Sam Larsson pour l’inauguration finale.

Écouter le podcast

Photos : Moreno Architecture