Actualités sportives

Le FC Metz frustré contre Montpellier (2-2)

03 novembre 2019 à 00h07 Par Axel Watrin
Fabien Centonze après FC Metz - Montpellier (2-2)
Crédit photo : Doriand Kintzig / Direct FM

Malgré un double avantage au score à vingt minutes du terme, les Grenats de Vincent Hognon ont cédé en fin de partie. Si le contenu de la rencontre reste très satisfaisant, le FC Metz fait du surplace au classement de la Ligue 1.

Qu’a-t-il bien pu se passer dans la tête des joueurs lorrains entre la 72e et la 78e minutes ? Naïveté ? Fatigue ? Suffisance ? Alors qu’il se dirigeait tout droit vers son 4ème succès de la saison en championnat, le FC Metz a perdu en quelques instants un double avantage qui l’extirpait de la zone rouge. Au sortir de cette 12ème journée de Ligue 1, la frustration est énorme.

Et légitime, puisque les Messins ont livré à Saint-Symphorien ce samedi leur meilleure partition depuis le succès contre l’AS Monaco (3-0) au mois d’août. Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour que le meilleur buteur mosellan Habib Diallo se mette en évidence. Avant même la demi-heure de jeu, durant un temps fort des locaux, l’attaquant sénégalais profitait d’une merveille de passe de Manuel Cabit pour crocheter et battre le portier héraultais Géronimo Rulli (1-0, 26’). Un éclair de génie pour le goléador lorrain, qui a inscrit ce week-end son huitième but de la saison.

Pas volée, l’ouverture du score pour le FC Metz traduisait une entrée en matière sérieuse. Bien plus appliqués et entreprenants que leurs adversaires montpelliérains, les Grenats ont enfin mis de l’intensité dans le jeu. Au milieu de terrain, Kévin N’Doram a encore fait la loi. Et ses remontées de balles ont fait des merveilles.

Cinq minutes fatales

La furia messine a de nouveau frappé dès le retour des vestiaires. La solution venait cette fois d’un autre sénégalais, moins en confiance ces dernières semaines. Titulaire au coup d’envoi, Opa Nguette dribblait plusieurs joueurs et armait une frappe puissante des 20 mètres. Un missile qui ne laissa aucune chance au portier du MHSC (2-0, 47’). Dès lors, tout semblait clair. Une théorique victoire qui réconciliait enfin Saint-Symphorien avec ses ouailles, après l’abjecte élimination en Coupe de la Ligue mercredi. L’ailier sénégalais aurait d’ailleurs pu tuer la rencontre, si sa frappe décroisée n’avait pas flirter avec le poteau droit de Rulli, sur un service au cordeau de Diallo (63’).

Faut-il donc croire que le match nul concédé face à Toulouse (2-2), alors que le FC Metz avait mené par deux fois, n’a pas servi de leçon ? En cinq minutes, les Grenats ont fait la douloureuse expérience du relâchement. D’abord, par l’ancien messin Andy Delort, qui prenait Stoppila Sunzu de vitesse avant de tromper Alexandre Oukidja (2-1, 72’). Puis, par la demi-volée limpide du nouvel entrant Salomon Sambia, qui fusillait le portier mosellan (2-2, 78’).

Tracassé par des errances techniques depuis le début de la saison, Metz pourra rajouter à ses symptômes une tendance à l’égarement en fin de partie. Il lui en a déjà coûté quatre points, contre le TFC et donc Montpellier. Si le diagnostic pourrait de nouveau s’aggraver sur la pelouse du vice-champion de France lillois la semaine prochaine, le club à la Croix de Lorraine regrettera, tôt ou tard, ces points stupidement perdus.

Réactions

Fabien Centonze (latéral droit du FC Metz) : « C’est deux points de perdus. On avait le match en main. Sur des petites erreurs, on se fait vite remonter au score. Ça devient trop récurrent et insupportable. On a fait quand même de bonnes choses. Mais à 2-0, on a subi, on s’est laissés faire. On est retombés dans nos travers. On a voulu garder le score mais on ne sait pas le faire. Il fallait continuer à jouer, à pousser. Il fallait en mettre un troisième pour se mettre encore plus à l’abri. Ça fait ch**r quand on voit la physionomie du match, on méritait mieux que ça ».

Écouter le podcast

Habib Maïga (milieu de terrain du FC Metz) : « Forcément, c’est dommage de repartir avec un point après un tel match. Il y a beaucoup de déception. Mais ce n’est pas la fin du monde. Certes,  on a perdu deux points. On est tous déçus, mais nous sommes qu’à la 12ème journée. Il ne faut pas baisser la tête, parce que ce soir, on peut s’appuyer sur ce match pour commencer une bonne série. C’est l’un de nos meilleurs matchs, il faut s’appuyer dessus pour les rencontres à venir ».

Écouter le podcast

Manuel Cabit (latéral gauche du FC Metz) : « Ce match nous fait beaucoup de mal. Puisqu’on voulait à tout prix gagner, et on prend deux buts en deuxième période. Je ne comprend pas. Il faudra continuer à bosser. Si à chaque match on commet des erreurs et qu’on n’arrive pas à les gommer. Ce soir, on est tous déçus. Dans l’ensemble, on fait un bon match. Après, on prend ces deux buts. Ils sont évitables ».

Écouter le podcast