Actualités sportives

Le FC Metz au Havre pour prendre le large

03 mars 2019 à 22h29 Par Axel Watrin
John Boye et Marvin Gakpa (FC Metz)
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

En terre normande ce lundi soir, les Grenats de Vincent Hognon peuvent confirmer leur bel élan et mettre les voiles au classement de la Ligue 2, leurs poursuivants ayant marqué le pas ce week-end.

Écouter le podcast

Le navire mosellan part à l’abordage du vaisseau havrais ce lundi, et espère bien en ramener un trésor ô combien précieux, à deux mois de la clôture du championnat. Il a d’ailleurs pris de l’envergure lors de sa dernière sortie, face au Paris FC le 22 février dernier (2-0), en s’attribuant le titre certes provisoire de meilleure défense de Ligue 2 (15 buts encaissés en 26 matchs). En préservant inviolées leurs cages lors des trois derniers matchs, il faut dire que les Messins ont mis le cœur à l’ouvrage lors du mois précédent, après un début d’année 2019 contrasté. « Il faut que cela dure. Avoir une base solide c’est intéressant. Mais chaque semaine, tout est remis en question. Le mot d’ordre sera de confirmer les bonnes choses qu’on a faites ces derniers temps » a lancé l’entraîneur intérimaire du FC Metz Vincent Hognon, avant cette 27ème partie de la saison en Normandie.

Touchés mais pas coulés, les Ciel et Marine (10ème avec 37 points) n’ont pas abdiqué dans la course à la montée. Mais se sont sacrément sabordés dans la conquête du podium, qui leur tendait pourtant les bras suite à un début de saison maîtrisé. En septembre, les moussaillons d’Oswald Tanchot s’étaient même offert le luxe de miner à Saint-Symphorien (1-0) les Messins alors entraînés par Frédéric Antonetti, causant au club à la Croix de Lorraine son premier revers à domicile de la saison. « Ils nous avaient bien contrés » se souvient Vincent Hognon qui « regarde toujours les matchs allers ». Des Normands, l’amiral des Grenats a bien noté « des irrégularités dans les résultats. C’est pour cela qu’ils en sont là », il n’en décrit pas moins des joueurs « très intéressants comme Ferhat, Fontaine et Kadéwéré. Ils ont un effectif de qualité ».

Sans Sunzu … ni Delaine

À 12 rencontres du terme, l’opportunité de prendre le large au classement s’ouvre au FC Metz. Grâce notamment à ses poursuivants loin d’avoir été irréprochables. Ce week-end, les Mosellans ont pu savourer le trépas de Lorient devant son public contre Orléans (1-3), comme celui du RC Lens sur le terrain du Paris FC (0-2). Seul Brest a timidement maintenu le cap, en arrachant le point du nul chez les Castelroussins (2-2). Si le spectre d’une avance de 10 points sur le 3ème lorientais se profile pour les Messins ce lundi soir, Vincent Hognon préfère tempérer. « Dans notre position, on doit se concentrer sur nous. C’est ce que Frédéric (Antonetti) disait depuis le début de saison. Si on gagne les matchs, on n’a pas besoin de regarder les autres résultats ». L’ancien défenseur s’appuiera donc sur une prestation solide des siens au Stade Océane, ancré sur une défense ultra-hermétique, mais amputée de deux éléments clés. Suspendu, le métronome Stoppila Sunzu ne sera pas du voyage en Seine-Maritime. Plus surprenant, l’absence de dernière minute de Thomas Delaine, dont les déboulés et les centres feront défaut aux Messins. Mais, nanti d’une efficacité offensive retrouvée, le brise-glace grenat a toutes les cartes en main pour asseoir sa domination sur la Ligue 2. Soit. Le FC Metz a le vent en poupe, et compte tout faire pour que cela perdure.