Actualités sportives

FC Metz - Red Star  : briller contre l’étoile

03 décembre 2018 à 21h27 Par Axel Watrin
Frédéric Antonetti, entraîneur du FC Metz
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

Le club mosellan cherchera à bonifier le point pris à Grenoble (1-1) lors de la venue de la lanterne rouge, le Red Star, ce mardi à Saint-Symphorien. Un choc des extrêmes devant son public pour conserver le leadership sur le championnat.

Écouter le podcast

Sourire aux lèvres, il trouve « pessimistes » les journalistes qui lui évoquent le revers concédé le 5 novembre dernier à domicile contre l’AJ Auxerre (0-1). Pourtant, Frédéric Antonetti n’a pas oublié cette défaite surprise contre les Bourguignons, alors 18ème de la Ligue 2, qui avaient profité de ce succès étriqué à Saint-Symphorien pour s’éloigner de la zone rouge.

Un résultat que cherchera forcément à reproduire le Red Star, actuel dernier de la classe, ce mardi sur la pelouse du leader du championnat. « C’est vrai qu’ils sont relégables, mais je dis toujours qu’il n’y a pas beaucoup d’écart entre les équipes. Il n’y a pas de match où l’adversaire ne nous pose pas de problème » a prudemment relevé le technicien à la veille de cette 17ème journée. Toutes compétitions confondues, le club de Saint-Ouen ne compte qu’une seule victoire sur les sept derniers matchs, sur le terrain de l’Avenir Foot Lozère (3-2). En Ligue 2, il faut remonter au 5 octobre pour voir les ouailles de Faruk Hadžibegić remporter les trois points. Conséquence : l’étoile rouge francilienne occupe depuis ce week-end la place de lanterne rouge, laissée vacante par le chardon nancéien.

Les Alpes ont laissé des traces

Avec un début de saison catastrophique qu’il traîne tel un boulet, le Red Star est condamné à l’exploit en Moselle s’il ne veut pas débuter 2019 dans une situation très inconfortable. Encore convalescente de sa claque reçue vendredi à domicile contre l’ESTAC (0-3), la formation du président Patrice Haddad se rendra dans l’Est sans Clément Chantôme, l’ancien joueur du PSG, suspendu. Dans ce contexte difficile, il lui faudra trouver la solution contre l’autre extrême du classement : le leader messin, qui s’est contenté du point du nul à Grenoble trois jours auparavant. « On avait le match en main, mais on n’a pas assez amené le danger devant » regrette à froid Frédéric Antonetti. Dans les Alpes, à l’issue d’une rotation d’effectif attendue quoique surprenante par son importance, le FC Metz a semblé fléchir après la sortie en première période de son latéral gauche Matthieu Udol, décidément malchanceux. « C’est vrai que ça a coïncidé avec un sursaut de Grenoble constate l’entraîneur messin. Cela vous fait un coup au moral, et comme il est très apprécié, peut-être que ça peut jouer psychologiquement ».

Écouter le podcast

Également sur le carreau après ce rendez-vous face au GF38, Jonathan Rivierez ne foulera pas la pelouse de Saint-Symphorien pour la venue de la lanterne rouge. Plus frais et dispo suite au turn-over voulu par leur coach, Habib Diallo, Mamadou Fofana, Ivan Balliu et Farid Boulaya devraient porter l’équipe mosellane pour tenter de décrocher un 12ème succès de la saison. « Il faut qu’on joue notre jeu. Ça passe par la patience aussi » a expliqué le technicien corse. Un match pour préserver le pouvoir sur le championnat, avant de s’afférer à la Coupe de France dimanche à Oissel.