Actualités sportives

Face à l’ESTAC, le FC Metz ressort frustré (1-1)

02 février 2019 à 00h46 Par Axel Watrin
Crédit photo : Direct FM

Pas de vainqueur lors du duel entre Messins et Troyens. Mais les Grenats de Vincent Hognon pourront nourrir de profonds regrets, en n’obtenant qu’un point malgré une nette domination dans le jeu.

Dans la deuxième étape de son triptyque à domicile, le FC Metz n’a pas confirmé son bel allant montré en début de semaine contre l’ASNL. Il s’est même permis de lâcher deux points dans la course à la montée, face à une formation troyenne pas franchement fringante, mais diablement opportuniste. Un match nul qui sanctionne un manque de réalisme côté messin, malgré d’évidentes qualités dans la construction.

Pourtant, les Grenats semblaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score juste avant la pause. Efficace ces dernières semaines sur coup de pied arrêté, la formation mosellane s’est une nouvelle fois illustrée dans ce domaine : à la baguette, la patte droite de Farid Boulaya. À la réception du corner, Stoppila Sunzu et son mètre 90 qui a fait la différence dans la surface auboise (1-0, 40’). Un premier but somme toute logique en faveur des joueurs de Vincent Hognon, qui ont dominé leur sujet en première période, sans pour autant solliciter le gardien troyen Mamadou Samassa.

Dans le 4-3-3 à l’ordre du soir, Fofana, Angban et Cohade ont muselé les offensives troyennes, bien secondés par l’arrière-garde baptisée Boye et Sunzu. Buteur en première période, le dernier nommé s’est mué en héros malheureux à l’heure de jeu. Pour cause : le défenseur zambien s’est rendu coupable d’une grossière faute sur Tinhan qui filait au but, à la suite d’un contre éclair. Une aubaine pour Kévin Fortuné qui battait Alexandre Oukidja, d’une cruelle mais subtile panenka (1-1, 62’).

Les folles chevauchées d’un Thomas Delaine très remuant sur son couloir gauche, les mines de loin de Victorien Angban ou les accélérations de Farid Boulaya et Opa Nguette n’ont pas permis au FC Metz de concrétiser leur nette emprise sur l’ESTAC. Trois jours après la victoire sans bavure contre l’ASNL (3-0), Metz est quelque peu retombé dans ses travers de milieu de saison : une finition mal soignée, punie par des contres assassins. La signature, malgré elle, des Messins depuis l’ouverture du championnat. Pas de panique, ils sont encore premiers du championnat, avec 9 points d’avance sur le premier barragiste lorientais. Mais une étude du sujet ne serait pas de trop, avant de recevoir Orléans mardi pour une place en quarts de finale de Coupe de France.

Réactions

Vincent Hognon, entraîneur intérimaire du FC Metz : « On a eu l’occasion de tuer le match plusieurs fois. Et sur le premier contre de Troyes, on se fait piéger. Ça ne nous a pas souri, parce qu’on a fait beaucoup de bonnes choses offensivement, mais il nous a manqué de la justesse pour plier ce match. J’ai des regrets ce soir. J’en sors frustré mais avec l’enchaînement des matchs, le contenu reste encourageant ».

Écouter le podcast

Ivan Balliu, arrière droit du FC Metz : « Quand tu vois le contenu du match, on est tristes. Mais bon, c’est le football. Parfois, on mérite plus. On va continuer à travailler pour gagner contre Orléans et Lens ».

Écouter le podcast

Farid Boulaya, milieu offensif du FC Metz : « On a réalisé un bon match dans l’ensemble. Mais avec le nombre de situations et la possession, on aurait dû gagner ce match. Forcément, on est déçus. On a mal joué certaines situations dans les 20 derniers mètres ».

Écouter le podcast