Actualités régionales

A31 Bis : lancement de la concertation publique

12 novembre 2018 à 06h00 Par Alicia Méchin
Crédit photo : www.a31bis.fr

Une concertation publique va débuter le 13 novembre, au sujet de l’A31 bis. Les Lorrains sont invités à y assister pour prendre connaissance du projet, et débattre.

Le sujet n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre. Il est sur la table depuis de très nombreuses années, et il faudra être encore patient avant de le voir aboutir. Mais une nouvelle étape va néanmoins être franchie ce mardi 13 novembre, avec la première réunion publique organisée au centre des congrès Robert Schuman à Metz.  

Pour rappel, le projet d’A31 bis a pour objectif de désengorger l’A31 actuelle. Sur ce plan, tous les frontaliers seront d’accord pour dire qu’il est grand temps de faire quelque chose. Mais ces dernières années, les désaccords concernaient principalement les différents tracés proposés pour ce projet. C’est ce dont il sera question lors de cette concertation publique. Elle portera en effet sur le tracé et le mode de réalisation de l’infrastructure, sur trois axes bien distincts : le nord entre Thionville et la frontière du Luxembourg, le centre autour de Metz, et le sud autour du bassin de Nancy. Précisions de Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est :

Écouter le podcast

Les citoyens sont invités à débattre autour des différentes options proposées, afin de faire peser les pour et les contre. « Nous n’avons pas d’option privilégiée », assure le préfet, « il n’y en a pas sans inconvénients. L’objectif sera de trouver le plus grand dénominateur commun pour que l’un de ces tracés permette de répondre à l’attente d’une desserte améliorée ».

Et parmi les inconvénients au cœur des débats se trouvent bien évidemment les nuisances sonores. Plusieurs communes se retrouvent en effet concernées par les tracés proposés pour le contournement de Thionville, ce qui n’est pas au goût des habitants de Florange ou d’Hayange par exemple. « Les nuisances, on peut les limiter, assure Jean-Luc Marx. Avec un mur anti-bruit, ou on peut tenir compte du fait que la circulation automobile ressemblera, dans dix, quinze ou vingt ans, un peu moins à ce que nous connaissons aujourd’hui, compte tenu des motorisations électriques qui seront introduites ». Pas sûr que cela rassure les habitants…

Si les choses avancent dans le bon sens, une déclaration d’utilité publique de l’investissement pourrait être déclarée fin 2020-début 2021, « si tant est qu’elle voit le jour », précise le préfet du Grand Est. En attendant, la concertation publique se déroulera jusqu’au mois de février 2019. Pour prendre connaissance du projet, rendez-vous sur le site internet www.a31bis.fr .