Actualités régionales

Un parcours vitrail pour mettre en lumière le patrimoine de Metz

03 septembre 2020 à 16h00 Par Clément Gondolff
Une oeuvre exposée à la basilique Saint-Vincent de Metz.
Crédit photo : (@D!RECTFM)

A compter de ce vendredi 4 septembre 2020, et jusqu’au 15 novembre, un « parcours vitrail » permet de faire découvrir la remarquable collection de vitraux de Metz.

Il est l’un des symboles de la ville de Metz (Moselle), le vitrail va être mis à l’honneur en cette fin d’année. Un parcours visant à faire découvrir son histoire et son ancrage dans la capitale lorraine sera lancé ce vendredi 4 septembre 2020.

Concrètement, des œuvres ainsi que des expositions numériques dédiées aux vitraux seront accessibles au public dans six édifices messins : la basilique Saint-Vincent, la cathédrale Saint-Etienne, et enfin, les églises Saint-Eucaire, Notre-Dame, Saint-Martin et Saint-Maximin. Les visites se dérouleront du mercredi au dimanche de 14 heures à 18 heures, jusqu'au 15 novembre 2020.

« Le parcours se déploie à travers des œuvres et installations dans les édifices de la ville, mais il se déploie également de manière virtuelle sur l’application Histoire de Metz de manière à offrir au public un panel complet d’expérimentation des vitraux », complète Dorothée Rachula, commissaire artistique du parcours vitrail.

Mettre en valeur le patrimoine pour améliorer l’attractivité

Créé dans le double cadre de Constellations et des célébrations des 800 ans de la cathédrale de Metz, ce parcours s’inscrit dans une démarche de mise en lumière du patrimoine messin. « Nous avons une richesse de vitraux extraordinaire. Ce parcours doit contribuer à faire connaître notre ville comme une ville de lumière, ce qu’elle a toujours été », affirme le maire de Metz, François Grosdidier.

L’objectif : attirer plus de monde dans la ville, et notamment dans un hypercentre parfois critiqué pour son manque d’attractivité. « C’est d’abord par la richesse patrimoniale et culturelle de la ville que nous recréerons une forte fréquentation à Metz », estime François Grosididier.