Actualités régionales

OM - FC Metz : exploit en vue pour les Grenats ?

25 septembre 2020 à 17h05 Par Clément Gondolff
Vincent Hognon, coach du FC Metz.
Crédit photo : (@D!RECTFM)

Opposés à l'Olympique de Marseille, demain soir au stade Vélodrome, les Grenats tenteront de confirmer leur premier succès de la saison, acquis aux dépends de Reims dimanche dernier.

Longue et sinueuse, la route menant au maintien est décidément très pentue en ce début de saison. Après Monaco, Paris, Lille et Reims (soit trois clubs engagés dans des compétitions européennes), le FC Metz se déplace à Marseille demain, samedi 26 septembre 2020, à 21 heures.

Un adversaire habitué à jouer les premiers rôles, mais qui devrait faire sans son bouillant public. Sauf dérogation, le match se tiendra devant un maximum de 1000 personnes. Dans un vide parfois étourdissant, souvent perturbant.

"Le danger, quand c’est à huis clos, ou avec très peu de monde, c’est de s’endormir. C’est toujours la crainte d'un staff de voir son équipe endormie par l'environnement, réagit le coach messin Vincent Hognon. Quoiqu’il en soit, il y a un mach et trois points en jeu. Nous, on veut être performants quel que soit le contexte". 

Aucune victoire à domicile pour l'OM

En quête d'un second succès consécutif, après leur première victoire face à Reims, dimanche dernier, les Grenats évolueront sans Kevin N'Doram, Boubacar Traoré et Vagner Dias, tous trois blessés, et sans le milieu de terrain Vincent Pajot, suspendu. Ils défieront un OM, certes au complet, mais surtout plus fébrile depuis sa victoire au Parc des Princes il y a près de deux semaines. 

Incapables de battre Saint-Etienne (défaite 2-0) et Lille (1-1) lors de leurs deux derniers matches, tous joués à domicile, les Phocéens peinent à trouver leur second souffle. Ils peuvent même remercier leur dernier rempart, Steve Mandanda, sans qui l'addition aurait pu être plus salée face aux Nordistes.

"Mandanda est un grand gardien de niveau international que l'on connaît depuis très longtemps. Mais Alex (Oukidja) est aussi un très grand gardien, et je pense que ce ne sera pas facile de marquer des deux côtés", avance le milieu algérien du FC Metz Farid Boulaya. 

Les coups de pied arrêtés : la clé de la rencontre ?

Mais si elles se neutralisent dans le jeu, les deux équipes pourraient bien trouver la faille sur coups de pied arrêtés. Un domaine dans lequel performent les deux formations. Les hommes de Vincent Hognon ont débloqué la situation sur coup-franc, dimanche dernier face à Reims, et les Marseillais ont inscrit 80% de leurs buts (4 sur 5) sur ces phases de jeu depuis le début de la saison. 

"Les coups de pied arrêtés débloquent énormement de matches, et notamment sur des matches difficiles. On l’a vu l’année dernière contre Strasbourg et Nimes", se remémore le technicien messin.

Ils seront peut-être la clé d'un premier succès mosellan à Marseille depuis 2004. A l'époque, Stéphane Borbiconi avait donné l'avantage aux siens à la 89e minute sur... corner.