Actualités régionales

La crise de Covid-19 entraîne l'arrivée de nouveaux publics aux Restos du coeur de Moselle Ouest

30 novembre 2020 à 16h00 Par Clément Gondolff
De nouveaux profils sont apparus aux Restos du coeur de Moselle Ouest.
Crédit photo : @D!RECTFM

Lancée en pleine crise sanitaire de Covid-19, la 36e campagne des Restos du coeur s'accompagne de quelques nouveautés. En Moselle-Ouest, par exemple, de nouveaux publics ont émergé et l'organisation a largement été repensée.

C'est une constante quel que soit le contexte, en France, fin d'année rime avec début de la campagne hivernale des Restos du coeur

Mais cette 36e édition, lancée il y a tout juste une semaine, comporte toutefois son lot de singularités. En cause, la crise sanitaire et économique, à l'origine notamment de l'arrivée de nouveaux publics au sein de l'association. 

"Ces derniers jours, on a vu venir des gens qu’on ne connaissait pas, des nouveaux profils, relate Alain Maurice, président des Restos du coeur de Moselle-Ouest. Et on a devant nous un mois difficile au sortir du confinement. On a des gens qui vont perdre leur boulot, des étudiants qui n'ont plus de petits jobs, des auto-entrepreneurs qui ont des difficultés financières, des gens qui étaient au RSA avec un petit boulot et qui n’ont plus que le RSA". 

"On voit arriver beaucoup d'étudiants français". 

Pirincipalement liée à la crise de Covid-19, cette refonte du paysage au sein des bénéficiaires des Restos du coeur s'illustre parfaitement avec le cas des étudiants."On accueillait, soit dans nos centres, soit au bus, des étudiants étrangers qui venaient avec peu de moyens en France pour poursuivre leurs études. Et là, on voit arriver beaucoup d’étudiants français qui ne demandaient rien jusqu’à présent parce qu’ils avaient des petits jobs le soir par exemple", affirme Alain Maurice. 

Et de poursuivre, un brin fataliste : "Ils ne peuvent pas se permettre de ne pas payer leur chambre pour dormir, ils ne peuvent pas se permettre de ne pas acheter les bouquins, donc qu’est ce qui trinque ? C’est l’alimentaire". 

Hausse des inscriptions à Metz

L'arrivée de ces nouvelles personnes se matérialise dans les chiffres, et principalement dans la capitale lorraine, puisque selon son président, l'antenne de Moselle-Ouest enregistre sur la métropole de Metz "une hausse des inscriptions de 5 à 10%". Ailleurs, on assiste, pour l'instant, à "un relatif statu quo sur le reste du secteur qui nous concerne, poursuit-il. Mais les inscriptions ne sont pas finies, loin de là, et la tendance est quand même à avoir une hausse des inscriptions". 

Enfin, la crise sanitaire a aussi entrainé d'importants changements d'un point de vue organisationnel. Si l'aide alimentaire est bien entendu maintenue, alors que ce sont chaque année près de 2 200 000 repas qui sont distribués en Moselle Ouest (environ 3,5 millions dans tout le département et 136 millions en France), l'aide à la personne est, elle, quasiment mise entre parenthèses

Tout comme les rencontres physiques, les activités en intérieur ont en effet été réduites au maximum. Et cela "parce qu'on a érigé en postulat que la santé des bénévoles était la chose la plus importante, avant même notre mission", déclare Alain Maurice. 

Alain Maurice, président des Restos du coeur de Moselle-Ouest Écouter le podcast