Habib Maïga : « Il n’y a pas le feu » après FC Metz - Clermont (1-2)

18 janvier 2019 à 23h24 par Axel Watrin

Le FC Metz a de nouveau trébuché à domicile en championnat, portant à trois le nombre de revers concédés à Saint-Symphorien cette saison. Réactions.

DIRECT FM
Habib Ma�ga � l'�chauffement avant FC Metz - Clermont Foot ce vendredi 18 janvier 2019
Crédit: Axel Watrin / Direct FM

Si l’engrenage messin semble finement huilé cette saison, il a tout de même connu quelques déconvenues depuis l’ouverture de l’exercice. À domicile, il avait déjà déraillé contre Le Havre et Auxerre, sans compter un revers en Coupe de la Ligue contre Amiens. Contre le Clermont Foot ce vendredi à Saint-Symphorien, les Messins ont encore mordu la poussière, se soumettant aux limites du turn-over décidé par leur entraîneur Vincent Hognon.

Non sans un brin d’émotion, partagé par tout un stade ovationnant la mémoire de Minou, membre fondateur du Kop Of Metz et José Souto, ancien joueur du Club à la Croix de Lorraine, qui nous ont tous deux quittés récemment, la rencontre débutait équitablement. Si le jeu auvergnat souffrait face à un pressing messin constant, les Mosellans peinaient à mettre en danger Rémy Descamps, le portier du CF63. Un repli défensif mal négocié par les locaux permettait à Pereira Lage de s’aventurer dans le flan gauche de la défense, avant que son centre ne soit victorieusement repris par Florian Ayé, bien esseulé dans la surface (0-1, 27’). Piqué au vif mais sans véritable réaction d’orgueil, les Grenats se sont montrés trop hésitants dans la création, à l’image d’un capitaine Cohade bien trop imprécis en première période (10 ballons perdus).

"Coup de poignard"

Avec des intentions nouvelles, le FC Metz attaquait la deuxième mi-temps avec davantage d’application. Et sur un coup-franc savoureusement botté par Marvin Gakpa, le milieu de terrain Habib Maïga, titulaire ce vendredi soir, s’envolait dans la surface clermontoise pour envoyer le ballon dans le petit filet de Descamps (1-1, 58’). Silencieux depuis l’ouverture du score adverse, Saint-Symphorien retrouvait de la voix après le premier but sous la tunique mosellane du joueur prêté par l’AS Saint-Étienne. D’une petite chambrée, le public messin aidait les leurs à mettre du rythme dans une rencontre bien sordide. Sur une action rapide déployée côté gauche, Boulaya lançait Delaine qui délivrait un caviar au nouvel entrant Ibrahima Niane. Le Sénégalais, pas assez prompt pour pousser le cuir au fond des filets, se faisait déposséder de celui-ci par un retour salvateur de Pereira Lage (73’).

Une balle de 2-1 que regretteront à coup sûr les hommes de Vincent Hognon. Dans la foulée, Franck Honorat, parfaitement lancée dans l’intervalle par Gastien, remontait la moitiée de terrain messine avant de battre Alexandre Oukidja dans un angle pourtant peu évident (2-1, 78’). La balle du K-O pour le FC Metz, dont la révolte ne viendra jamais. Un troisième revers à domicile en championnat qui sanctionne trop d’imprécisions et un manque cruel de rythme, malgré un dispositif en 4-2-3-1 censé dynamiser l’attaque messine. Ni Gakpa, ni Boulaya, ni Diallo n’ont semblé à leur meilleur niveau face aux Auvergnats. Une copie à revoir avant de se tester à l’AS Monaco de Henry et Fabregas mardi.

Réactions

Vincent Hognon : « On s’attendait à une forte opposition, ça a été le cas. C’était un vrai match de haut de tableau avec beaucoup d’intensité. On est déçus, mais je ne pense pas qu’on méritait de perdre. Ça s’est joué à des détails. La première fois qu’ils viennent dans la surface, ça fait but. Au moment où on peut faire basculer le match, on revient mais on n’est pas été assez efficace sur les quelques occasions qu’on a eues. Ce soir, on prend un coup de poignard. ».

Écouter le podcast

Thomas Delaine : « Sincèrement, c’est dur aujourd’hui. Je trouve qu’on a maitrisé cette équipe de Clermont, on a réussi à mettre en place ce qu’on voulait dans la récupération du ballon. Ils ont des joueurs de qualité, il ne leur faut pas beaucoup de situations pour la mettre au fond (…) On était sur 8 ou 9 matchs sans défaite. Ce soir, on casse la série. Il faudra la reprendre la plus vite possible et ne pas s’attarder sur ce match pour enchaîner Monaco et Ajaccio ».

Écouter le podcast

Habib Maïga : « Non, il n’y a pas le feu. Ça fait mal de perdre à domicile mais on est encore premiers. Il y a quelques points d’écarts avec le deuxième et un match (le derby) à rattraper. C’est une défaite, mais il n’y a pas le feu ».

Écouter le podcast