Actualités régionales

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce un nouveau confinement et de nouvelles mesures

28 octobre 2020 à 20h45 Par Clément Gondolff
Emmanuel Macron, président de la République.
Crédit photo : @D!RECTFM

Au cours d’une allocution télévisée, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé l’instauration d’un nouveau confinement dès ce vendredi 30 octobre jusqu’au 1er décembre, au moins.

L’aggravation de l’épidémie de Covid-19 a entraîné des choix forts de la part de l’exécutif. Ce mercredi 28 octobre 2020, le président de la République a annoncé -comme attendu-, un confinement national généralisé sur l’ensemble du territoire français.

Ce dernier prendra effet dans la nuit de jeudi à vendredi, à minuit, et s’établira jusqu’au 1er décembre 2020, au moins.

 

Les bars, restaurants et commerces non essentiels fermés 

Durant cette nouvelle période de confinement, relativement moins stricte que celle imposée au printemps dernier, les universités devront rester fermées. Au contraire des crèches, écoles, collèges et lycées qui continueront d’accueillir des élèves avec un protocole sanitaire renforcé.

D'autre part, si "le travail pourra continuer", selon les termes d'Emmanuel Macron, les bars, restaurants et autres commerces jugés comme non-essentiels resteront portes closes. Le président de la République précise toutefois que "si d’ici 15 jours nous maîtrisons mieux les choses, nous pourront réévaluer la situation, et rouvrir certains commerces".

Le télétravail devra être généralisé, alors que les services publics, usines, exploitations agricoles et chantiers de BTP pourront maintenir leurs activités

Les déplacements entre régions interdits

Emmanuel Macron l'assure, les visites dans les EHPAD et maisons de retraire pourront se poursuivre. Toutefois, les déplacements seront largement restreints. 

Il sera ainsi impossible de voyager d'une région à l'autre durant cette nouvelle période de confinement, à l'exception des retours de vacances de la Toussaint. Et enfin, il faudra, comme au printemps dernier, se munir d'une attestation pour quitter son domicile dans certaines conditions seulement.

"Nous sommes tous débordés par une deuxième vague"

Ces multiples mesures visent à donner "un coup de frein brutal aux contaminations", a martelé Emmanuel Macron. Parce que « comme tous nos voisins, nous sommes submergés par l’accélération soudaine de l’épidémie. Nous sommes tous débordés par une deuxième vague, qui sera sans doute plus dure et plus meurtrière que la première », a-t-il poursuivi.

Une situation déjà complexe, et qui devrait vraisemblablement empirer au cours des prochaines semaines. « On sait que près de 9 000 patients seront en réanimation à la mi-novembre », prédisait le président de la République, tout en assurant que les capacités de lits de réanimation seront portées à 10 000.