Actualités sportives

CDF : le FC Metz sorti par l’US Orléans (0-1)

06 février 2019 à 00h17 Par Axel Watrin
Vincent Hognon, entraîneur adjoint du FC Metz
Crédit photo : Direct FM

Auteur d’un coup d’éclat à Monaco au tour précédent, le FC Metz quitte la Coupe de France au stade des 1/8e de finale. Les Messins se sont faits surprendre à domicile mardi soir par une formation orléanaise réaliste.

Quatre succès consécutifs avaient propulsé le FC Metz en huitièmes de finale de Coupe de France. Après des déplacements victorieux à Sarreguemines, Oissel, Saint-Quentin ou Monaco, les Grenats avaient cette fois le loisir de recevoir, chez eux, l’US Orléans pour une place en quarts de finale. Une aubaine diront certains, une angoisse répondront d’autres. Car leader de Ligue 2, le club mosellan affiche malgré tout un bilan peu réjouissant dans son antre de Saint-Symphorien (4 défaites toutes compétitions confondues depuis le début de la saison avant ce 1/8e de finale).

Ce mardi, Metz a donc ajouté une 5ème défaite à domicile, alors qu’une place en 1/4 de finale semblait lui tendre les bras. Les Messins avaient pourtant réussi à y étriller les Orléanais en début de saison en championnat (5-1), avant de s’imposer à la Source le 11 janvier dernier (1-0). Cette fois, le turnover décidé par Vincent Hognon n’a pas souri à ses ouailles. Gauthier Hein, Laurent Jans, Ablie Jallow et Jonathan Rivierez, censés apporter de l’oxygène à une équipe usée, n’ont pas semblé inspirés face aux pions de Didier Ollé-Nicolle. Le premier nommé a bien tenté d’enrouler sa frappe du pied gauche dès l’entame de match (1’), ses partenaires ont eu toutes les peines du monde à s’approcher de la surface de Thomas Renault, qui a passé une soirée relativement tranquille. Son homologue messin Paul Delecroix aussi, à l’exception que l’ancien niortais est allé chercher le ballon au fond de ses filets, après un pénalty transformé par Quentin Lecoeuche (1-0, 19’). Certains pesteront contre une décision arbitrale sévère, tant le contact entre Mamadou Fofana et Hicham Benkaid semblait peu évident dans la surface messine. Difficile à avaler.

Gauthier Hein pourra lui aussi en vouloir aux décisions de M.Ben El Hadj, lui qui s’est écroulé devant les buts d’Orléans après un slalom, sanctionné d’un carton jaune pour simulation par l’homme en noir (59’). Autrement, un match follement insipide, avare en occasions, notamment pour des Messins qui ont eu le monopole du cuir durant toute la rencontre, manquant de verticalité. Muselés par un US Orléans efficace, Metz sort une nouvelle fois de la Coupe de France par la petite porte. Les Grenats pourront désormais se focaliser sur leur objectif annoncé depuis le début de la saison : une remontée immédiate en Ligue 1. Samedi, un autre visage est attendu à Bollaert contre le RC Lens. Le temps est venu de se ressaisir.

Réactions

Vincent Hognon, entraîneur intérimaire du FC Metz : « La première mi-temps a été complètement ratée. Il y avait un déchet technique énorme. Après, le match se joue à un pénalty accordé alors qu’il n’y a pas grand-chose. L’autre n’est pas accordé. Ça se joue à peu de choses, mais on ne peut pas se satisfaire de ça. Le plan de jeu était d’être conquérants et solides. La première mi-temps manquait de tout ».

« Il y avait 10 joueurs sur 11 qui avaient gagné à Monaco. Mais on savait que ça ne serait pas le même match, qu’en face l’autre équipe aurait envie. Il faudra tirer des leçons. On n’a plus qu’un objectif : le championnat. On va se plonger dès à présent sur le match de samedi ».

Écouter le podcast

Habib Maïga, milieu de terrain du FC Metz : « Ça été difficile, notamment en première mi-temps. On a montré un autre visage en deuxième mi-temps, mais cela n’a pas été suffisant. On est tous déçus de résultat. On aurait aimé passer ce tour après la victoire à Monaco. Le plus important, c’est de penser au match de Lens ».

Écouter le podcast