Actualités régionales

Bernard Serin (FC Metz) : "Aucune proposition d'un club anglais ou allemand pour Habib Diallo"

06 octobre 2020 à 20h45 Par Clément Gondolff
Bernard Serin, président du FC Metz.
Crédit photo : @D!RECTFM

Visé par certains supporters après les déclarations d'Habib Diallo, Bernard Serin, président du FC Metz, a rappelé que son club n'avait reçu aucune offre d'un club étranger pour l'attaquant sénégalais.

Son départ était budgeté, programmé et largement envisagé, et pourtant il ne cesse d'alimenter la polémique. Habib Diallo a officiellement quitté le FC Metz, ce lundi 5 octobre 2020, mais dans des conditions floues selon l'intéréssé, qui a confié être parti de force lors d'une conversation privée rendue publique sur les réseaux sociaux. 

Face à cela, et à la gronde de certains supporters, Bernard Serin a tenu à clarifier la situation ce mardi 6 octobre 2020, en conférence de presse. "Nous n'avons pas vu Habib Diallo une seconde depuis deux jours, entre le moment où l'offre est venue et le moment où il a signé. Donc nous avons exercé aucune pression sur lui", certifie le président des Grenats. 

Aucune offre anglaise ou allemande

L'attaquant sénégalais, qui bénéficiait d'un bon de sortie, semblait prédestiné vers l'Angleterre. "Un club de Championship qui monte en Premier League, ou un club de Premier League qui s'est maintenu de justesse", selon Bernard Serin.

Problème, le Covid-19 est passé par là, et a complètement rebattu les cartes. D'ordinaire si généreux, les clubs anglais ont cette fois-ci fait ceinture. "Aujourd'hui les recettes n'existent pas sur le marché de la Premier League. Donc les équipes sont restées dans les starting-blocks", affirme Bernard Serin. 

Et de poursuivre : "Nous n'avons eu aucune offre d'un club anglais. Aucune. Nous n'avons eu aucune offre d'un club allemand. Aucune".

Un transfert inférieur aux espérances initiales du FC Metz

Finalement, le président lorrain l'assure, la seule offre concrète est venue "deux jours avant la fin du mercato, d'un club français proche de chez nous". 

Ce club français, c'est celui du Racing Club de Strasbourg. L'éternel rival alsacien, en souffrance en ce début de saison, a posé 10 millions d'euros (plus quelques bonus) sur la table pour s'attacher les services d'Habib Diallo.

Suffisant pour conclure le deal. Et ainsi ne pas mettre pas mettre en péril les finances des Grenats de Bernard Serin : "C'est inférieur à ce que nous avions budgeté. Mais nous avons dépensé 14 millions d'euros en arrivée, donc il fallait bien, qu'en face, il y ait des transferts. Sinon d'où vient l'argent ?".