Actualités sportives

Alexandre Oukidja (FC Metz) : « Le derby ? Un match à part »

28 janvier 2019 à 19h28 Par Axel Watrin
Alexandre Oukidja, gardien de but du FC Metz
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

L’heure du derby a sonné en Lorraine. À Saint-Symphorien ce mardi, le FC Metz, leader de la Ligue 2, accueille son voisin, l’ASNL, avant-dernier du championnat. Plus que trois points en jeu, c’est « la suprématie de toute une région » que vont se disputer les deux formations selon les dires du gardien messin.

Écouter le podcast

Il a connu des Strasbourg-Colmar, en National « devant 25 000 personnes ». Dans son rétroviseur également, un Strasbourg-Metz, en Ligue 1. Cette fois, c’est bel et bien en tant que gardien du club à la Croix de Lorraine qu’Alexandre Oukidja s’apprête à ajouter un derby à son actif. Le portier de 30 ans, messin depuis cet été, devrait sauf surprise garder les cages du FC Metz lors de la venue de l’ASNL ce mardi à Saint-Symphorien, dans le cadre du fameux clasico lorrain. Une date que les Grenats ont coché depuis longtemps, relate l’ancien strasbourgeois : « Tout le groupe est impatient. C’est un match à part dans la saison. C’est la suprématie de toute une région et ça tient à cœur d’après ce que j’ai entendu chez les supporters ».

Enjeu double pour les Messins face à des Meurthe-et-Mosellans mal embarqués en championnat (19e). Il s’agira pour les hommes de Vincent Hognon et Jean-Marie de Zerbi de reprendre leurs distances avec le Stade brestois, qui a recollé avec le FC Metz au classement (45 points ex-æquo). Qui plus est, devant leur public qui reste sur une frustrante défaite contre le Clermont Foot (1-2) le 18 janvier. Un troisième affront subi à domicile cette saison en championnat, que les Grenats tenteront de corriger à l’occasion du derby de la Lorraine. « Pour eux-aussi, les trois points seraient importants » tempère néanmoins le gardien mosellan. « Il ne faudra pas le surjouer, parce qu’on peut se casser la gueule. Il faut montrer à nos supporters qu’on veut le gagner et les rendre fiers » se souhaite Alexandre Oukidja.

Vincent Hognon : « Metz-Nancy, c’est irrationnel et beaucoup d’intensité »

Décisif dans ces cages vendredi face à Ajaccio, le gardien mosellan joue la carte de la prudence. Car si la qualification en 8ème de finale de Coupe de France obtenue avec les honneurs à Monaco (3-1) a mis en évidence les qualités techniques de l’effectif messin, elle n’a pas suffi à gommer les dernières prestations décevantes des Messins dans leur conquête de remontée immédiate. Ceux-ci n’ont en effet empoché qu’un point lors de leurs deux dernières rencontres, et n’étaient pas loin d’une nouvelle déconvenue en Corse ce week-end face à l’ACA (0-0). « Frédéric Antonetti estime qu’on a perdu des points, par rapport aux performances qu’on a faites a expliqué l’entraîneur intérimaire du FC Metz Vincent Hognon. On doit faire mieux que ce qu’on a fait au niveau de l’animation offensive. Mais il y a de la qualité dans le groupe, ils l’ont montré sur la première partie de saison, donc ça va revenir. Il faut savoir persévérer ».

Écouter le podcast

Encore coach de l’ASNL il y a un an, l’adjoint de Frédéric Antonetti, toujours absent pour des raisons familiales dans le Sud de la France, dirigera cette fois les Grenats face à son ancienne formation. Une situation singulière à laquelle l’ex-défenseur de Nice préfère ne pas prêter d’attention. « Je ne suis pas le centre d’intérêt de ce match. Ce sont les joueurs du FC Metz, c’est ce qui m’intéresse » a t-il rétorqué sur la question. Et malgré le climat particulier qui entoure le derby lorrain, le technicien mosellan n’a pas pour autant modifié sa manière d’aborder la rencontre : « Je le prépare comme tous les matchs, un match classique dans la préparation ».

« En face, il y aura du répondant »

Dans cette rencontre qu’il qualifie de « bonus », Vincent Hognon attend de « l’ambiance » à Saint-Symphorien, qui devrait faire foule ce mardi soir. Le 12ème homme sera sans doute un facteur déterminant dans un hypothétique succès des Grenats face à son rival historique. « Ça reste un match à part. Il y a une atmosphère, un environnement particulier. Si vous avez regardé ASSE-Lyon, vous avez une bonne idée de ce que c’est un derby. Metz-Nancy c’est pareil, il y a beaucoup d’intensité et ce sont souvent des matchs dans l’irrationnel » estime le suppléant du coach Antonetti.

Écouter le podcast

Pour la venue de l’ASNL, le staff messin s’appuiera sur un effectif complet, à l’exception de Matthieu Udol, toujours à l’infirmerie et d’un Jonathan Rivierez non retenu par son entraîneur. Quatre jours après avoir joué en Corse, le FC Metz devrait vraisemblablement présenter un visage  tout autre ce mardi à la maison. La faute, toujours, à ce calendrier chargé qui oblige son technicien à faire tourner son effectif. « Il y a aura des changements » a confirmé Vincent Hognon, avançant les prestations convaincantes de certains de ses joueurs les semaines précédentes. À l’image d’un Gauthier Hein ou Ablie Jallow, flamboyants à Monaco en Coupe de France, qui pourraient débuter le Derby ce mardi.

Face à la formation nancéienne désormais coachée par Alain Perrin, son ancien entraîneur lorsqu’il était faisait ses gammes au centre de formation meurthe-et-mosellan, Vincent Hognon s’attend à « du répondant ». Parce que le derby devait initialement être joué avant le mercato hivernal, l’équipe au Chardon devra néanmoins se passer de ses nombreuses recrues (El Kaoutari, Ngom, Marveaux, Poha) face à son voisin messin. Encore convalescente d’un début de saison cataclysmique, l’AS Nancy-Lorraine, malgré un statut logique d’outsider, entend bien créer la surprise à Saint-Symphorien, devant ses quelques supporters qui feront le déplacement. Le derby de tous les possibles.