Actualités sportives

FC Sochaux - FC Metz : les Grenats à l’épreuve de la résilience

06 octobre 2018 à 16h57 Par Axel Watrin
Les joueurs du FC Metz à l'entraînement ce samedi 6 octobre
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

Coulés à deux reprises lors des deux derniers matchs, les protégés de Frédéric Antonetti sont attendus au rebond sur la pelouse du Stade Bonal. Et malgré l’imbroglio au sujet des sélections internationales, c’est un groupe quasiment au complet qui devrait se rendre dans le Doubs lundi.
.
En attendant le verdict de son 10ème match de championnat, le FC Metz a sans doute connu sa première semaine mouvementée de la saison. Les Messins, battus pour la deuxième fois de l’exercice par Le Havre samedi dernier, ont provisoirement laissé leur trône de leader de la Ligue 2 à de sérieux Lensois, vainqueurs ce samedi à Auxerre (2-1). Mais le club à la Croix de Lorraine a surtout été au cœur d’un incroyable brouillamini au sujet de ses joueurs internationaux.
.
En cause, plusieurs de ses joueurs susceptibles de rejoindre leurs sélections respectives, se soustrayant de facto à la rencontre de championnat face à Sochaux. Un scénario invraisemblable, qui aurait pu priver le FC Metz de la plupart de ses cadres pour une rencontre pas si simple à aborder sur le papier.  En coulisses, la branche diplomatique de l’entité mosellane a préparé sa riposte.  Après avoir essuyé à deux reprises le refus du FC Sochaux sur un possible décalage du match, la direction a transmis son plaidoyer aux sélections. « Philippe Gaillot (directeur sportif) a beaucoup travaillé sur le sujet. On a fait notre demande à toutes les fédérations pour voir celles qui peuvent laisser les joueurs à [notre] disposition jusqu’au lundi soir » a expliqué Frédéric Antonetti à la presse samedi matin. Visiblement excédé par la situation rocambolesque que traverse son équipe, l’ancien entraîneur du LOSC s’est insurgé à propos d’un potentiel traitement de faveur selon les clubs : « Vous imaginez le PSG ou Marseille faire un match pendant une trêve internationale sans ses internationaux ? Ça bouffe de l’énergie ».

Jans et les autres

Un seul refus « catégorique » est parvenu au siège du FC Metz : celui du Luxembourg, qui dédaigne à ce que Laurent Jans se rende dans le Doubs avec son club. « Comme par hasard, c’est le pays le plus proche ! » a lancé le Corse, agacé par la situation plus que cocasse. Dans le collimateur du coach, Luc Holtz, le sélectionneur grand-ducal qui a ouvertement critiqué le temps de jeu de son latéral droit depuis l’ouverture du championnat (3 titularisations). Des déclarations qui ont passablement crispé le technicien lorrain : « il s’est permis de faire des remarques sur le fonctionnement du FC Metz. Avant je répondais crûment à ces remarques (…) je crois que le mieux, c’est de répondre par l’indifférence ». Un échange par médias interposés qui conclut la brouille entre les deux coachs. Au bout du compte, Jans devrait être le seul grenat retenu par sa sélection lors du déplacement à Sochaux ce lundi.
.
.
Pour les autres joueurs en partance pour l’étranger, les instances nationales devraient accéder à la demande du club lorrain. « On a de bons espoirs que la majeure partie soit disponible » a avancé Frédéric Antonetti qui tient à « remercier les fédérations qui ont joué le jeu ». Une bonne nouvelle pour le Corse qui pourra compter, sauf revirement de situation, sur les services de Mamadou Fofana (possible titulaire en défense lundi suite à la suspension de Stoppila Sunzu), John Boye, Victorien Angban, Adama Traoré, ou encore sur les internationaux algériens Alexandre Oukidja et Farid Boulaya, tous deux non-retenus par le sélectionneur des fennecs Djamel Belmadi.

Rugir chez les lionceaux

Pour les supporters, le suspense prendra définitivement fin lorsque la liste définitive des Messins retenus sera dévoilée dimanche, à la veille du déplacement à Sochaux. Au programme ce lundi à Bonal, un duel d’anciens sociétaires de Ligue 1, qui cumulent 126 saisons dans l’élite du football français. Si les Grenats sont à pied d’œuvre pour retrouver leur place en première division, les Sochaliens, eux, piétinent depuis 5 saisons à ce niveau. Après être passée sous pavillon chinois, la formation, dont la gestion globale à été confiée au club d’Alavès en Espagne, stagne en bas de tableau après 9 matchs disputés. Une transition encore difficile pour l’entité doubiste, plus jeune équipe du championnat (21 ans de moyenne d’âge) et qui doit composer avec de nombreuses recrues du mercato estival.
.
À Metz, un rebond est forcément attendu après deux revers consécutifs sur la pelouse du Paris FC (1-2) et à domicile contre le HAC (0-1). Une série bien malvenue, puisqu’elle permet au RC Lens d’occuper provisoirement la tête du championnat, aux dépends du FC Metz. Mais pour Frédéric Antonetti, « il ne faut pas se concentrer sur le championnat et le classement. C’est une erreur. (…) Je me concentre surtout sur mon équipe et les petits détails qui nous ont fait défaut lors des derniers matchs, même quand on gagne ». Dans son esprit, le manque de réalisme des siens lors de ces deux défaites, où il espérait au moins « faire 0-0 ». À Sochaux, si l’entraîneur devra donc se passer des défensifs Jans et Sunzu, il pourra miser sur le retour en forme d’un Opa Nguette « opérationnel » après une blessure contractée à Paris. Un succès dans le Doubs passera sans doute par la fougue du Sénégalais, qui a cruellement manqué au FC Metz ces derniers temps …