Actualités sportives

Contre Auxerre, le FC Metz devra être « plus conquérant »

04 novembre 2018 à 20h21 Par Axel Watrin
Les joueurs du FC Metz à l'entraînement
Crédit photo : Axel Watrin / Direct FM

Sorti perdant de son match de coupe qui l’opposait à Amiens mercredi, le club mosellan a pêché par son manque de réussite devant les buts. Avant la réception d’une AJA en difficulté lundi, son entraîneur Frédéric Antonetti a réclamé davantage de précision dans le dernier geste.

Écouter le podcast

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Lors de la venue d’Amiens en Coupe de la Ligue mercredi dernier à Saint-Symphorien, les Grenats ont tiré 13 fois au but. Seul l’un d’entre eux a fait mouche : celui d’Emmanuel Rivière, servi sur la ligne des 5,50m par l’entrant Farid Boulaya. Un ratio évidemment trop faible pour espérer bousculer une formation de l’élite. Dans ce duel pour une place en huitièmes de finale, les Grenats ont d’ailleurs reçu une leçon de réalisme de la part de leurs adversaires picards qui ont marqué sur leurs deux seules tentatives de la rencontre. Des difficultés qui ne sont pas sans rappeler celles qu’a connues le FC Metz en Ligue 1 la saison passée.

.

Pour le coach grenat Frédéric Antonetti, difficile pour lui d’apporter une solution miracle à ces maux en attaque. « Il faut valider ce qu’on fait. Si on ne valide pas, on est en difficultés. Le pouvoir de l’entraîneur s’arrête à l’occasion. Quand un joueur rate un pénalty, vous vous tournez vers l’entraîneur ou c’est la responsabilité du joueur ? C’est la même chose pour les occasions » a constaté le tacticien corse devant la presse samedi.

.

Si aucun nom n’a filtré, le stratège messin n’a de toute évidence pas obtenu entière satisfaction du turn-over mis en place contre Amiens. « Il y en a qui ont gagné des points, d’autres qui en ont perdu » a répondu un Frédéric Antonetti laconique. Difficile de penser qu’Ibrahima Niane, aligné en tant qu’ailier, fait partie des heureux élus, au vue de son manque de justesse technique face aux Picards. Quant à Emmanuel Rivière, titulaire à la pointe de l’attaque, il doit son salut à son égalisation en deuxième période. Pour le reste, l’ancien finisseur de Monaco et Newcastle a souvent joué dos au but, perdant plusieurs ballons. Et s’est mis une partie du public de Saint-Symphorien à dos. Dans un match qui devait valider la progression des Messins, en tête de son championnat depuis août, cela fait tâche …

L’AJA, faux relégable

Cinq jours après cet accroc en Coupe de la Ligue et un groupe amputé d’Opa Nguette (blessé) et des deux titulaires de mercredi Adama Traoré et Jamiro Monteiro (choix du coach), le FC Metz revient ce lundi à ce qu’il fait de mieux depuis le début de saison : défendre sa place de leader de la Ligue 2. Et pour cette 13ème sortie de l’exercice, les Grenats peuvent asseoir leur domination au classement, leurs poursuivants lensois (défaite 0-1 contre Châteauroux) et brestois (nul contre le Red Star 1-1) ont grillé une chance de se rapprocher des Mosellans ce week-end.

Écouter le podcast

.

Une occasion pour les Lorrains de s’éloigner à quatre points du dauphin bretons. Il faudra pour cela s’affranchir de l’obstacle auxerrois, 18ème du classement. Un statut de relégable qui ne correspond manifestement pas au potentiel réel de cette formation bourguignonne selon les observations de Frédéric Antonetti : « On reçoit un club qui est en difficulté momentanée mais on reçoit une belle équipe. Ils n’ont pas encore trouvé leurs marques. J’espère qu’ils vont les trouver, mais après le match de lundi » souligne le coach du FC Metz.

.

De cette équipe « très bonne techniquement » menée par Pablo Correa, l’entraîneur mosellan a  semble t-il repéré ses points forts. « Philippoteaux qui est capable de faire la différence, Féret qui est capable de donner de bons ballons et Yattara qui va très vite ». Devant ces individualités qui constituent un « danger », Frédéric Antonetti attend un tout autre visage des siens que celui montré la semaine dernière : « On doit être plus entreprenants et plus conquérants. À nous de corriger cela ». Le retour des habituels titulaires Boye, Cohade, Boulaya et Diallo devrait aider le coach à parvenir à ses fins. Et surtout, à faire la différence devant les buts.