Le FC Metz étrille Orléans pour sa première à domicile (5-1)

Le FC Metz étrille Orléans pour sa première à domicile (5-1)

Sur la lancée de leur bon début de saison à Brest, les Grenats de Frédéric Antonetti ont régalé devant leurs supporters (5-1) face aux Orléanais. Habib Diallo signe un quadruplé.

Ils étaient un peu plus de 11 000 Lorrains à éviter le chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens, à troquer le bitume des autoroutes pour la pelouse de Saint-Symphorien. Ces courageux supporters ont affronté la suintante température dans les travées de leur stade fétiche pour assister à la première sortie du FC Metz à domicile dans cet exercice de Ligue 2. Pour éviter de revivre le traumatisme de la saison passée en championnat (3 victoires en 19 rencontres), les joueurs de Frédéric Antonetti devaient quant à eux impérativement renouer avec le succès en Moselle. Sans Matthieu Dossevi, dont le transfert vers Toulouse était enfin officialisé sur les coups de 15 heures.

Message reçu cinq sur cinq par les attaquants messins dès le coup d’envoi face aux Orléanais de Didier Ollé-Nicole. Sur un numéro personnel, Farid Boulaya servait Ibrahima Niane dans la surface. La frappe de l’international sénégalais était captée par Gauthier Gallon (14’). Ce n’était que partie remise pour le volatile milieu offensif algérien, dont l’astucieux lob dévié par Avounou après un déboulé côté droit surprenait le portier adverse (1-0, 19’). Complètement asphyxiés en début de partie, les visiteurs laissaient l’ancien joueur de Clermont, décidément intenable en ce début de championnat, servir sur un plateau Habib Diallo, fraîchement entré à la place d’Opa Nguette, blessé. L’attaquant grenat, prêté à Brest la saison passée, n’avait plus qu’à pousser le cuir au fond des filets (2-0, 33’).

Les deux mêmes protagonistes frappaient de plus belle au retour des vestiaires. Le joueur formé à Génération Foot au Sénégal, auteur de 16 buts en deux saisons dans le Finistère, aggravait le score en faveur des Lorrains, une nouvelle fois servi par le feu-follet Boulaya (3-0, 48’). Hors de portée de leur adversaire du soir, les ouailles du coach Antonetti planait sur leur sujet, dominant outrageusement aussi bien à la récupération que dans les phases offensives. Mais, tel un rappel à l’ordre, l’Orléanais Johan Tell laissait une once d’espoir à ses partenaires, en profitant d’une errance dans la défense messine (3-1, 50’). Des doutes mosellans rapidement estompés par l’inarrêtable Diallo, opportuniste sur une sortie douteuse de Gallon (4-1, 57’), avant de parachever le spectacle dans les ultimes instants de la rencontre (5-1, 90’). Les adversaires des Lorrains finissaient la partie à 10 contre 11, suite à l’exclusion de Cissokho pour un geste vilain sur Matthieu Udol (85’).

Promesses tenues pour le FC Metz, auteur d’un 2 sur 2 en ce début de championnat. Les hommes du président Serin se partagent la tête du championnat avec Niort et Valenciennes, qui réalisent eux-aussi un sans-faute. Des Messins qui en profitent aussi pour renouer avec le succès dans leur antre de Saint-Symphorien : témoin de la communion totale avec leurs supporters, le tour d’honneur des Grenats en fin de rencontre devant une foule reconnaissante. Mention spéciale à Habib Diallo, entré en jeu et auteur d’un quadruplé. Le premier pour un joueur du FC Metz depuis … Mario Relmy en 1990 face à Montceau-Boulogne en Coupe de France (6-0).

Réactions

L’entraîneur mosellan Frédéric Antonetti souligne le travail d’un « groupe très réceptif. Il est compétitif mais si pas totalement défini. Je pense qu’il faut garder la raison et attendre la dixième journée pour faire un premier bilan ».

Le capitaine du FC Metz Renaud Cohade savoure ce succès avec la manière : « on va savourer cette large victoire, parce que cela fait un petit moment que ça n’a pas été le cas ici ». L’ancien joueur de l’ASSE voit en Habib Diallo « un joueur qui a pris confiance en lui au fil des années. Ce n’est pas que grâce à lui non plus. Il a été servi dans de bonnes conditions, il a validé le travail de l’équipe ».

Auteur de trois passes décisives en deux rencontres officielles, véritable chef-d’orchestre de l’attaque messine face à Orléans, Farid Boulaya se satisfait également du début de saison réussi, mais si l’Algérien estime que les Grenats auraient pu « garder la cage inviolée ».

En lien avec

Laisser un commentaire