Jonathan Rivierez (FC Metz) : « Frédéric Antonetti nous a reboostés »

Jonathan Rivierez (FC Metz) : « Frédéric Antonetti nous a reboostés »

La préparation terminée mercredi contre le Racing Luxembourg (2-0), le FC Metz a rendez-vous lundi avec la Ligue 2 du côté de Brest. Jonathan Rivierez, fidèle latéral droit des Grenats, s’impatiente de retrouver le chemin de la compétition.

Sur les bords de Moselle, Jonathan Rivierez a (presque) tout connu. Arrivé lors du mandat d’Albert Cartier en 2014, l’ancien joueur du Havre a assisté au calvaire des Messins (19e) dans l’élite du football français cette saison-là. Une remontée et une descente plus tard, le latéral droit de formation est devenue une pièce importante de la défense grenat sous l’ère Hinschberger et Hantz (26 matchs joués en 2017-2018), aussi bien dans son couloir que dans l’axe. En Bretagne ce lundi, le Blanc-Mesnilois s’apprête donc à débuter son cinquième exercice avec le FC Metz. Avec un rôle de leader qui en découle ? « Bien sûr. J’ai envie d’être un leader cette année aussi bien dans le vestiaire que sur le terrain, reconnaît le joueur. Je m’en suis donné les moyens en faisant une bonne préparation ».

La traditionnelle phase de préparation a pris fin mercredi face aux joueurs du Racing Luxembourg (2-0) à Homécourt lors du sixième match amical de l’intersaison. Un ultime succès avec la maîtrise qui clôt une « période difficile parce qu’une reprise l’est toujours » constate un Jonathan Rivierez néanmoins satisfait des « automatismes qui se mettent en place. Tout n’est pas encore bien réglé ce qui est normal parce que c’est un effectif tout nouveau ». En ligne de mire, l’arrivée de 11 nouveaux joueurs en Moselle depuis l’ouverture du mercato estival. Un chiffre qui a de grandes chances de s’accroître d’ici la fin août, tout comme celui des départs. De potentiels mouvements qui ne doivent pas impacter sur les performances de l’équipe selon les vœux de Jonathan Rivierez. « Il y a des joueurs qui sont concernés par des départs. C’est chiant pour le coach, et pour nous aussi » explique le Messin. « C’est compliqué pour eux dans leur tête. Mais j’espère qu’ils vont jouer le jeu à fond. Je n’ai pas de doute sur ça. À nous, ceux qui pensent rester, de les emmener à croire en ce que fait le club ».

« Brest, un gros morceau »

Redonner confiance en ses protégés, tel était l’objectif du nouvel entraîneur Frédéric Antonetti, qui n’a pas hésité à abréger sa parenthèse médiatique pour diriger l’équipe messine. Le coach, habitué de la première partie de tableau de Ligue 1, a répondu favorablement à l’appel du président Serin une semaine après le départ de son prédécesseur Frédéric Hantz. « Un coach comme ça, ça rebooste un club. Il apporte des choses nouvelles, de la fraîcheur aussi. C’est ce dont le club avait besoin » se réjouit Jonathan Rivierez, qui s’attend à lui rendre la monnaie de la pièce dès les premiers matchs de compétition. « Ce sont les résultats qui vont guider les choses. À nous de montrer sur le terrain que le coach nous apporte ces choses-là ».

Si le technicien devrait compter lundi sur les services de l’infatigable sentinelle Renaud Cohade, proche de la prolongation, et de Matthieu Dossevi, toujours messin, son équipe est attendue au tournant face à une formation brestoise proche de la remontée dans l’élite la saison passée. Sur la pelouse de la 5ème meilleure défense du championnat lors du dernier exercice, la rencontre inaugurale du calendrier grenat aura tout du match piège. « Brest, c’est un gros morceau, mais ça va nous mettre directement dans le bain » relativise Rivierez. Avec le perspective d’un mois d’août pour le moins chargé (Orléans, Clermont, Ajaccio, Troyes, Lens) qui « guidera le FC Metz pour la suite », le défenseur attend des siens « de gros résultats pour que tout le monde ait confiance en nous ».

En lien avec

Laisser un commentaire