La ministre des affaires européennes à Nancy

La ministre des affaires européennes à Nancy

Nathalie Loiseau, ministre en charge des affaires européennes continue son tour de France à la rencontre des citoyens européens. A Nancy, elle a pu discuter avec les jeunes de l’institut de l’engagement avant d’animer une conférence sur les enjeux de l’Europe.

Dans les locaux du conseil départemental à Nancy, Nathalie Loiseau est attablée face à cinq jeunes de l’institut de l’engagement. Une partie de ping-pong s’engage alors, chacun se renvoie la balle. « Madame la ministre vous ne pouvez pas dire ça » lui lance Nassim, lauréat de l’institut de l’engagement. « Vous dites que pour payer des passeurs il faut quand même avoir un peu d’argent mais la plupart s’endette. Parfois, c’est même un village entier qui finance le voyage d’un seul habitant. Ils ne viennent pas en France par plaisir » poursuit le jeune homme. Malgré les échanges avec madame la ministre, le jeune homme d’origine algérienne reste en désaccord, sur le sujet migratoire, écoutez :

 

 

A un an des élections européennes, le gouvernement lance un plan communication qui aura pour objectif de s’orienter tous ensemble vers un avenir européen meilleur. En perte de vitesse, avec la montée du populisme, la crise migratoire, l’Union Européenne, doit donc s’orienter vers ces citoyens. Refonder l’Europe, c’était une promesse d’Emmanuel Macron. Nathalie Loiseau prend très à coeur cette démarche « importante », écoutez :

 

 

L’UE est aujourd’hui au cœur des débats avec le fiasco du LifeLine. Et malgré un désamour des citoyens pour l’Europe, l’intérêt est toujours là. « Beaucoup de médias disent que l’Europe n’intéresse personne. Pourtant les enjeux sont dans toutes les têtes, on est tous les actionnaires du projet européen » affirme la ministre. Et certains jeunes de l’institut de l’engagement sont conscients de son importance, comme Cindy, confortée dans son idée après le passage de Nathalie Loiseau. « Face à des géants comme Facebook, Google, un pays ne rivalise pas. L’Europe et ses 500 millions de consommateurs, si. En matière de sécurité, on sera plus fort tous ensemble. Une Europe qui se sent bien, c’est primordial » .  Pourtant, le désamour pour l’Europe est bien là, même si la ministre des Affaires européennes a constaté un changement récemment, écoutez :

 

D’autres consultations citoyennes sont prévues sur tout le territoire français, jusqu’au mois d’octobre.

 

Joris CROLBOIS

 

En lien avec

Laisser un commentaire