Metz : le passage à 80 km/h fait grincer des dents

Metz : le passage à 80 km/h fait grincer des dents

Depuis le premier juillet, la limitation de vitesse est abaissée à 80km/h sur les routes départementales bi-directionnelles. Une décision qui en agace plus d’un mais qui en rassure d’autres. Petit tour d’horizon des différentes réactions suite à la nouvelle loi.

La mesure a fait débat, aujourd’hui elle est appliquée. Il faudra désormais rouler à 80 km/h au lieu de 90 sur le réseau secondaire. Ce même réseau secondaire qui cause 55% des accidents. Alors pour faire baisser ces chiffres de la mortalité, qui stagnent depuis deux ans, le Gouvernement a réagit. Cette mesure peut sauver environ 300 vies par an, c’est évidemment l’objectif de Didier Martin, et les contestations importent peu le préfet de la Moselle, écoutez :

 

 

Au total, 83 panneaux, qui permettront de faire ralentir les automobilistes sont installés depuis dimanche en Moselle, et plus de 200 en Lorraine. Annoncée en janvier, la nouvelle loi fait encore grand bruit aujourd’hui. Il faudra du temps avant que chacun se mette au parfum mais tout le monde n’est pas contre cette mesure, comme Louane, qui respecte chaque limitation de vitesse. « C’est bête de contester. Rouler à 90 ou à 80 c’est quasiment pareil, on ne gagne quasiment pas de temps et on pollue plus en allant à 90, moi ça me va de baisser la vitesse » dit-elle. Donovan, lui n’est pas de cet avis.  Il pense à ses conditions de travail en tant que livreur, et pour lui, elles ne peuvent que se dégrader, écoutez :

 

 

Le jeune homme trouve même que l’abaissement est quelque chose de plus dangereux. « Rouler pendant trois heures à 80km/h, la fatigue va se faire ressentir plus vite parce qu’on n’avance pas, ça endort plus facilement » avance le Mosellan. Un danger grandissant, c’est aussi l’avis de Martin, mais pour des raisons différentes. « On va avoir tendance à s’énerver encore plus, à dépasser plus souvent et parfois les dépassements sont mal jugés. C’est dangereux » conclut-il. Pour lui, hors de question de respecter les nouvelles limitations :

 

 

Mais pour les têtes brûlées comme Martin, les autorités seront là pour sévir. Dès le premier jour, les contrôles ont été renforcés sur le territoire pour s’assurer que tout le monde jouait le jeu. Et les gendarmes seront « intransigeants et impitoyables » même si les premiers jours, ils procéderont à des « vérifications pédagogiques pour accompagner le conducteur jusqu’au respect des règles » assure Didier Martin. Le préfet de Moselle insiste sur le fait que d’autres nouvelles mesures ont été oubliées à cause de cet abaissement de la vitesse, mais entreront bien en vigueur le 1er janvier 2019. « On fera un gros travail pour lutter contre l’utilisation du téléphone portable au volant, avec des sanctions exemplaires et pénales. C’est un fléau en plein développement qu’il faut freiner dès maintenant » tonne-t-il.

Mais alors, qui a raison ?

Faut-il donner tort à l’Etat et à sa décision de réduire la vitesse sur les zones secondaires, ou aux usagers qui sont contre ? Nous avons testé pour vous la différence entre deux trajets identiques. Seule différence, la première fois, le trajet a été fait à 90 km/h puis à 8o.

A 90 km/h

Le départ est donné au stade Saint-Symphorien. Direction Amnéville, à 25 km de l’antre du FC Metz. La circulation est fluide et les yeux n’ont pas besoin de se poser sans arrêt sur le compteur, l’habitude des 90 km/h, régule la vitesse. La traversée de Saint-Julien-lès-Metz, puis de Malroy avant d’arriver à Mondelange, puis à destination, au casino d’Amnéville. Temps de parcours 32 minutes et 26 secondes.

A 80 km/h

Le voyage se fait avec quelques idées reçues. La peur de l’ennui, de l’énervement de ne pas aller vite, et bien pas du tout. L’esprit est occupé par autre chose. Pour respecter cette moyenne, il faut surveiller de façon régulière le compteur, et freiner afin de ne pas dépasser la limitation. Le danger est peut-être là, vérifier en permanence la vitesse, ce qui détourne le regard de la route. Mais c’est certainement une habitude à prendre. En revanche au volant, la sensation de lenteur est bien présente et peut agacer les automobilistes qui ne sont pas dotés de patience. Arrivé à destination, le chronomètre s’arrête et indique, 35 minutes et 38 secondes de route. Soit trois minutes et douze secondes de plus qu’à 90 km/h. Le différentiel est minime et la sensation n’est pas insupportable…à vérifier tout de même sur des trajets plus longs.

 

Joris CROLBOIS

En lien avec

1 Commentaire

  1. Valérie Fini
    6 juillet 2018 at 8 h 26 min Reply

    c’est du n’importe quoi justement tout le monde va avoir les yeux rivés sur leur compteur au lieu de regarder la route!!!!!!!!!!!Mon avis c’est encore pour que le gouvernement ramasse du fric.Pourtant d’autre pays ont mis en place cette loi,en définitive n’a pas du tout fait baisser les accidents de la route et ils veulent nous faire avaler ce mensonge mais faut arrêter de nous prendre pour des cons et des vaches à lait en France!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire