Edouard Philippe dévoile les grandes lignes du Grand plan d’investissement à Metz

Edouard Philippe dévoile les grandes lignes du Grand plan d’investissement à Metz

Le Premier ministre, Edouard Philippe, était en déplacement à Metz ce jeudi 21 juin, accompagné du ministre de l’économie, Bruno Le Maire, et de la ministre de l’innovation, Frédérique Vidal. Il a alors dévoilé les grandes lignes du Grand plan d’investissement (G.P.I), doté de 57 milliards d’euros. 

Le G.P.I est opérationnel depuis le début de l’année, et a pour objectif de financer « des grandes priorités » , dans les domaines de la transition écologique, des compétences, de l’innovation et du numérique. Le Premier ministre a alors choisi Metz, pour établir le comité de surveillance du G.P.I, qui aura la lourde tâche, comme l’a expliqué le Premier ministre, d’ « informer le Parlement […] veiller à ce que cet argent serve à investir et non à boucler les fins de mois […] il veillera enfin à ce que le Gouvernement fasse les bons choix d’investissement, des choix qui transforment, des choix qui structurent. » 

Pourquoi Metz ? Le gouvernement a voulu prendre en exemple l’I.R.T du campus Bridoux, là où se sont rendus ce jeudi le Premier ministre, et les ministres de l’économie et de l’innovation : 

.

L’innovation était donc au coeur de ce déplacement en Lorraine. Le gouvernement a décidé en Janvier dernier de créer un fond pour l’innovation et l’industrie, qui sera doté de 10 milliards d’euros. Un « conseil pour l’innovation » , présidé par le ministre de l’économie et la ministre de l’innovation, et qui se réunira pour la première fois le 19 juillet, aura alors pour objectif de « garantir la cohérence, la simplification et l’articulation des différents instruments de la politique de l’innovation » , et définir les grandes priorités d’investissements : 

.

Parmi les autres annonces du Premier ministre, dans le cadre du G.P.I : une consolidation des pôles de compétitivité, afin de leur permettre de monter en gamme et travailler à l’échelle européenne, ou encore favoriser le développement des starts-up de l’innovation, grâce au « Fonds « French Tech Seed », doté de 400 millions d’euros […], qui pourra investir directement aux côtés d’investisseurs privés dans ces start-ups » . 

Alicia Méchin

En lien avec

Laisser un commentaire