FC Metz – Bordeaux : la der’ de Frédéric Hantz

FC Metz – Bordeaux : la der’ de Frédéric Hantz

L’entraîneur du FC Metz sera débarqué de ses fonctions après le dernier match de championnat samedi face aux Girondins de Bordeaux. Face à la presse vendredi, le Ruthénois a exprimé ses regrets quant au non-maintien du club dans l’élite, en saluant au passage les supporters messins.

.

Une fin de semaine aux allures d’adieu pour Frédéric Hantz. Vendredi, le technicien mosellan a dirigé son dernier entraînement avec le FC Metz, deux jours après avoir officialisé son départ. Quelque peu prostré par l’absence de Fallou Diagne à l’ultime séance – « j’ai essayé de le joindre, il ne m’a pas répondu » a t-il expliqué – le coach du FC Metz s’est présenté face aux journalistes pour une ultime conférence.

Libéré de sa dernière année de contrat qui le liait avec le club lorrain, Frédéric Hantz n’a pas caché son profond regret : celui de ne pas avoir maintenu le FC Metz en Ligue 1. « On n’a pas pu relever ce challenge ensemble » a concédé le coach, avant d’admettre que « c’est un club très agréable à vivre au quotidien, même s’il y a plein de choses à améliorer ». Un peu à contresens de ses propos de la semaine passée, virulents notamment en ce qui concerne les installations, et qui avaient précipité son départ. S’il n’a pas caché sa volonté de poursuivre l’histoire en Lorraine, y compris en Ligue 2, la page FC Metz est déjà tournée pour Frédéric Hantz : « Dimanche, je partirai et je ne ferai plus aucun commentaire sur le club ».

À l’instar du déplacement à Amiens le week-end dernier, Metz accueille Bordeaux avec un groupe réduit à 16. La faute à de nombreux blessés, mais pas uniquement. « La semaine n’a pas été facile, on a beaucoup de blessés, certains ont lâché mentalement aussi » regrette l’ancien entraîneur de Bastia. En ligne de mire, Bisevac, Jouffre, Assou-Ekotto, aux abonnés absents depuis plusieurs mois. Mais aussi Milicevic, Diagne, Nguette, qui ont semblé perdre en confiance au fil de la saison. Un ultime match pour la forme, mais pas sans enjeu pour l’adversaire girondin, qui joue une qualification en Ligue Europa. « On va essayer. Très sincèrement, ce sera difficile. Les joueurs qui sont dans le groupe font le métier jusqu’au bout et il faut le respecter. Pour d’autres, il est plus facile de se retirer que de faire face. Jusqu’à la fin, il y a eu trop d’exemples négatifs de la part de certains » a lâché Frédéric Hantz, remonté contre certains de ses éléments. 

D’autres ont suscité des compliments de la part de leur entraîneur, notamment pour leur attitude professionnelle. C’est le cas des deux gardiens alignés cette saison en championnat : Eiji Kawashima et Thomas Didillon. Si le gardien japonais, titulaire indiscutable depuis la blessure du second nommé en début de saison, gardera les cages ce samedi contre les Aquitains, Frédéric Hantz a vu en Didillon « un vrai gardien de Ligue 1 », après sa performance samedi dernier à Amiens. « Il y a eu quelques maillons forts cette saison, particulièrement Eiji et Thomas ». L’idée d’offrir une mi-temps à chacun contre Bordeaux a même traversé l’esprit de leur coach.

.

Avant de fouler une dernière fois la pelouse de Saint-Symphorien, l’entraîneur du FC Metz a tenu à saluer la présence des supporters tout au long de la saison, malgré des résultats difficiles à accepter. « La victoire contre Strasbourg a scellé une réconciliation. En 2018, malgré de grosses déceptions sportives, ils ont toujours été là ». Le natif de Rodez s’est montré compréhensif quant à la réaction des supporters lors du match nul concédé il y a quelques semaines à domicile face à Caen (1-1). Mais c’est avec une image positive de son public que le technicien quitte la Lorraine « Le club doit réunir toutes ses forces vives, et les supporters en font partie. Je leur dis merci et à bientôt ».

En lien avec

Laisser un commentaire