Frédéric Hantz (FC Metz) : « Le groupe n’a jamais su se surpasser »

Frédéric Hantz (FC Metz) : « Le groupe n’a jamais su se surpasser »

À six longueurs du barragiste à trois journées de la fin, le FC Metz est plus proche d’une descente en Ligue 2 que d’un maintien dans l’élite. Pour Frédéric Hantz, à l’aube de la réception d’Angers, l’heure du bilan approche.

Bousculant ses habitudes lors de la traditionnelle conférence de presse de veille de match, Frédéric Hantz a choisi de rendre hommage aux victimes de la catastrophe de Furiani, vingt-six ans après les faits. Il faut dire que le Ruthénois de naissance est un haut-personnage sur l’Île de Beauté, apprécié par une grande majorité du peuple corse, notamment à Bastia, où il y a officié entre 2010 et 2014 en tant qu’entraîneur. « C’était quelques semaines avant que je rejoigne Metz » raconte le technicien. « C’est une catastrophe. Pas corso-corse, mais la plus grande catastrophe du football français (…) Il est important de respecter la douleur des gens ». Une prise de parole le coeur serré, avant de revenir à la réalité ; celle du club qu’il entraîne aujourd’hui.

.

En Moselle, à moins d’un énorme retournement de situation à la faveur des Grenats, l’avenir devrait s’écrire en deuxième division. L’infime espoir de miracle reviendrait à ce que le FC Metz remporte ses trois derniers matchs (face à Angers, Amiens et Bordeaux) et que ses concurrents directs (Lille et Troyes) perdent les leurs. Encore « secoué » par la défaite des Messins face au LOSC le week-end dernier, Frédéric Hantz n’a pas caché son désarroi vis-à-vis des mauvaises performances des siens depuis son arrivée en octobre : « La capacité de rebond, de résilience, de garder l’enthousiasme, ce groupe-là n’a jamais su le garder. Il n’a jamais su se surpasser ». Un constat forcément peu réjouissant, mais réaliste quant aux nombreux points perdus cette saison par les joueurs du FC Metz, notamment dans le dernier quart d’heure. « Je me suis dit : pour le prochain match je dois changer la moitié de l’équipe. Et après, tu t’aperçois que tu peux pas apporter énormément de changements » a lancé le coach du club devant la presse.

Les supporters à la hauteur

Point noir pour les Messins cette saison : les mauvais résultats concédés à domicile. Car une chose est sûre : le FC Metz n’a pas su faire de Saint-Symphorien une forteresse, comme elle l’a pu l’être la saison passée, notamment en deuxième partie. Des revers face à Dijon, Amiens, Montpellier, Troyes, Guingamp, Lille ont presque plombé à eux-seuls les velléités de maintien en 2018. Pour le public qui a assisté à ces nombreux sabordages, Frédéric Hantz attend de son groupe de jouer la tête haute. « En 2018, ceux qui ont été à la hauteur, ce sont nos supporters (…) les joueurs sont dans un devoir de donner le maximum pour ces gens-là » a t-il expliqué samedi. Gageons pour eux que les Messins montreront un tout autre visage que celui affiché à Lille, où les ouailles du coach Hantz semblaient presque résignés dans un match pourtant capital.

.

Plus en confiance malgré un milieu de saison en dents de scie, les Angevins ont presque sauvé leur place dans l’élite. Une victoire suffira au SCO pour évoluer en Ligue 1 l’année prochaine. « Je pense qu’ils sont sauvés. Il y a une cohérence entre les joueurs. C’est une équipe athlétique et efficace défensivement » a analysé Frédéric Hantz avant d’ajouter que les joueurs de Stéphane Moulin viendrait à Metz pour « assurer son maintien ». Les derniers espoirs messins reposeront sur les épaules de Nolan Roux, buteur à l’aller, et nommé pour le titre de joueur du mois d’avril, aux côtés de Memphis Depay et Stéphane Ruffier.

En lien avec

Laisser un commentaire