Coup d’arrêt pour le FC Metz contre Montpellier (0-1)

Coup d’arrêt pour le FC Metz contre Montpellier (0-1)

Dans un match sans grandes occasions, les Messins ont vu leur bonne série à domicile prendre fin contre les Pailladins. Et n’ont pas profité des faux pas de leurs concurrents directs.

En recevant Montpellier, les Grenats se sont certainement souvenus de la belle victoire empochée à la Mosson en décembre (3-1). Ce succès avait lancé la belle série en championnat du FC Metz, lorsque le club était au plus mal.

Depuis, les Héraultais ont poursuivi leur belle série en championnat, et se présentaient à Saint-Symphorien avec des ambitions légitimes de victoire sur le terrain de la lanterne rouge. Ce sont d’ailleurs les hommes de Michel Der Zakarian qui montaient les premiers à l’offensive, mais la frappe lointaine de Dolly ne trouvait que les gants de Kawashima (9’). Souvent sollicité durant ce match, le gardien nippon a eu le mérite de sauver les meubles, par deux fois avant la mi-temps (45’, 45+1’).

Secoués par les visiteurs, et plus timorés que contre Nice, les Messins ont entretemps cherché la faille dans la solide défense montpelliéraine. Idéalement servi sur un centre de Julian Palmieri, Emmanuel Rivière était oublié au point de pénalty par Vitorino Hilton et Daniel Congré. Mais la tête de l’ancien joueur de Newcastle mourrait près du poteau de Lecomte (16’). En face, le sixième de Ligue 1 s’appuyait sur des relances rapides, emmenées notamment par Paul Lasne et Isaac Mbenza. Sur une perte de balle de Georges Mandjeck, le second cité distillait un centre à ras-de-terre pour Giovanni Sio au second poteau. L’ex-attaquant du Stade rennais profitait de la sortie hasardeuse d’Eiji Kawashima pour pousser le cuir au fond (0-1, 24’). Cueilli à froid par l’opportunisme des visiteurs, les Messins n’ont pourtant pas trainé pour s’offrir une balle d’égalisation. Parti en profondeur, Nolan Roux se présentait en face-à-face avec Benjamin Lecomte. Mais l’attaquant butait sur le portier montpelliérain, la faute à une touche de trop sur le ballon … (36’).

La muraille Lecomte

Choix fort de Frédéric Hantz : le coach mosellan sortait Georges Mandjeck, au profit de Danijel Milicevic. À l’approche de la pause, le FC Metz passait alors d’un système à cinq défenseurs à un 4-4-2 plus classique. Mais au retour des vestiaires, les Montpelliérains continuaient de se montrer les plus pressants sur les cages lorraines. Mais Kawashima répondait encore présent sur une frappe de Sio dans un angle fermé (51’). En place défensivement, Montpellier ne laissait pas ses adversaires trouver l’ouverture dans ses lignes.

Le FC Metz pourra tout de même nourrir quelques regrets. Au regard des dix dernières minutes, les Messins pouvaient s’attendre à mieux : d’abord, sur un lob génial d’Emmanuel Rivière qui tutoyait la transversale de Lecomte (82’). Le gardien sudiste sortait ensuite une frappe surpuissante de Florent Mollet sur coup-franc (83’). Mais Danijel Milicevic avait surtout la balle du match nul dans un nouveau face-à-face, mais l’ancien lorientais avait décidément solution à tout (78’).

Si Strasbourg, Saint-Étienne et Nice sont tombés sur la pelouse de Saint-Symphorien, il n’en a pas été de même pour Montpellier qui a su sécuriser son but d’avance pendant plus d’une heure. De son côté, le FC Metz confirme un coup d’arrêt amorcé vendredi dernier à Marseille (3-6). Consolation pour les joueurs à la Croix de Lorraine : Lille, Angers et Amiens, concurrents directs des Messins au classement, se sont eux-aussi cassé les dents ce week-end. 7 points séparent Metz du barragiste lillois. Un écart à réduire lors des deux prochains matchs, à Troyes et Guingamp.

Réaction

L’entraîneur du FC Metz, Frédéric Hantz, estime que son équipe a manqué « de justesse technique » contre Montpellier, et regrette la manière dont le FC Metz a préparé ce match, après les défaites contre Marseille et Caen.

En lien avec

Laisser un commentaire