Metz : La CAF de Moselle s’attaque à la fraude

Metz : La CAF de Moselle s’attaque à la fraude

Omission, fausse déclaration, faux et usage de faux, escroquerie… les façons de frauder sont nombreuses et la Caisse d’Allocations Familiales tape du poing sur la table pour stopper le phénomène. Une convention signée avec la gendarmerie et des contrôles fréquents ; la CAF s’attaque à l’usage infondé de l’argent public.

Depuis février 2016, la fraude est très lourdement sanctionnée. En plus du remboursement des prestations qu’il a indûment perçues, l’allocataire peut être amené à devoir payer des pénalités importantes. Pourtant, des cas de fraude sont détectés à la CAF. « Quelqu’un qui a un montant de loyer manifestement supérieur à son salaire est en situation de fraude. Une situation maritale non déclarée en est une également » lance le Directeur de la Caf de Moselle, Laurent Ponté.

Pour stopper cela, des contrôles sont mis en place ; des contrôles automatisés par ordinateur avec des échanges de données avec Pôle emploi ou les bailleurs. Des demandes de justificatifs sont également formulées ou des contrôles sont directement réalisés sur place, avec une visite du contrôleur chez l’allocataire. Désormais, la convention signée ce mardi va permettre à la Caf d’être aidée par la gendarmerie. Explications de Laurent Ponté, le Directeur de la Caf de Moselle :

 

Favoriser la communication, renforcer les échanges, organiser les signalements pour être plus efficace. En 2017, la fraude a concerné 0,4% des allocataires pour un montant total de 3,5 millions d’euros. C’est peu « mais c’est déjà trop » déplore le directeur de la Caf. Chaque année, un allocataire sur deux est contrôlé, et la plupart ne le sait même pas.

En lien avec

Laisser un commentaire