L’ASNL perd encore deux points contre Ajaccio (2-2)

L’ASNL perd encore deux points contre Ajaccio (2-2)

Menant par deux buts d’écart dès le quart d’heure de jeu, les Nancéiens n’ont pas su conserver leur avantage jusqu’au coup de sifflet final. Et ont perdu Vincent Marchetti, sorti sur blessure.

Sur les nerfs en conférence de presse d’après-match, Vincent Hognon, l’entraineur de l’ASNL, lançait ce message laconique : « C’est le même scénario ». Un constat simple mais juste, car les siens ont galvaudé une occasion toute tracée de prendre leurs distances avec la zone de relégation. Une fois de plus.

Candidats au podium après un début de saison de haute volée, les Ajacciens d’Olivier Pantolani voyaient les Lorrains dicter le rythme dès l’entame de match. Si l’attaquant corse Ghislain Gimbert se montrait le premier dangereux après une incursion dans la surface adverse, l’ASNL prenait l’avantage d’une inspiration géniale de Laurent Abergel. Contre son ancien club, le milieu de terrain de 24 ans décochait une frappe pure de 30 mètres, qui filait dans la lucarne de Jean-Louis Leca (1-0, 10’).

Asphyxiés dans le jeu, les visiteurs faisaient preuve de passivité quand les attaquants nancéiens se jouaient des défenseurs. A la conclusion d’un mouvement collectif génial amorcé par Amine Bassi, Malaly Dembélé, 20 ans et pur produit du club marquait son deuxième but en championnat d’une frappe à ras-de-terre (2-0, 16’). Les débats, déséquilibrés depuis l’entame de la partie, laissaient alors présager une victoire facile de l’ASNL, à la recherche d’un succès depuis la réception de Châteauroux le 29 septembre (4-1).

Dans une rencontre rugueuse, les protégés de Vincent Hognon ne tardaient pas à laisser des plumes. Le nouvel entraîneur nancéien perdait à la demi-heure de jeu le jeune Vincent Marchetti, qui s’est battu pour tenir sa place sur le terrain.

Largement dominateurs, les Lorrains revenaient avec les mêmes intentions en seconde période. La balle du K-O était dans les pieds d’Amine Bassi, qui voyait sa frappe croisée heurter le poteau gauche de Leca (50’). Au bord de la rupture, les Corses profitaient d’une réaction d’orgueil et, surtout, d’un incroyable oubli de marquage sur un centre banal de Manuel Cabit. A la réception, Riad Nouri trompait Geoffrey Jourdren au second poteau (2-1, 65’).

On prend les mêmes et on recommence. Revigorés après la réduction de l’écart, Manuel Cabit offrait à Riad Nouri un doublé, sur une action tout à fait similaire (2-2, 78’). Le silence s’emparait de Marcel-Picot, dont les flots de spectateurs s’écoulaient lentement à l’approche du coup de sifflet final. Le coaching de Vincent Hognon, qui envoyait au front Barka et Pedretti dans les dix dernières minutes n’y fera rien. Pour le quinzième match de la saison, l’ASNL trébuche une nouvelle fois à domicile malgré une première période de qualité. Au classement, le Club au Chardon (16ème avec 16 points) reste subordonné au résultat des Lensois (18èmes avec 11 points et un match en moins).

Au micro de Direct FM, Jérémy Clément, milieu de terrain de l’ASNL, déplore « un contraste entre la première heure de jeu et le restant du match »

En lien avec

Laisser un commentaire