Le débat sur l’A31 bis relancé

Le débat sur l’A31 bis relancé

Le 19 septembre dernier, les « Assises de la mobilité se sont ouvertes » , organisées par le Gouvernement, avec en ligne de mire pour les élus lorrains : l’A31 bis. Plusieurs élus ont rappelé l’importance de ce projet pour la Lorraine.

En 2016, le projet de l’A31 bis avait été validé par le précédent gouvernement, ouvrant la voie vers une nouvelle phase d’études et de concertations, à l’échelle locale. Le Gouvernement ayant changé, avec Emmanuel Macron désormais à la tête du pays, les priorités pourraient elles-aussi évoluer. A l’occasion du lancement des « Assises pour la mobilité » , les élus lorrains ont tenu à rappeler l’urgence du projet, puisque ces assises déboucheront sur une loi de programmation sur les transports d’une durée de 5 ans. Cette loi pourrait être votée au premier semestre 2018.

Le 26 septembre, les élus lorrains ont tenu un comité de pilotage, au sujet de l’A31 bis, pour tenter de mettre au point une ligne conductrice commune sur ce dossier. A l’image d’André Rossinot, président du Grand Nancy, et de Mathieu Klein, président du département de la Moselle, tous mesurent l’urgence de « parler d’une seule voix » que l’A31 bis puisse enfin voir le jour. « Depuis le débat public de 2015, les études et analyses prennent énormément de temps et les divergences risquent encore de retarder l’aboutissement de l’A31 bis, dont nous avons tant besoin. Nous devons être présents au rendez-vous de la loi de programmation, unis dans un esprit d’intelligence collective » , souligne André Rossinot.

Le précédent gouvernement  s’était engagé à investir financièrement dans ce projet. Les élus réclament donc que cela soit maintenu, et que le dossier passe en priorité pour l’Etat. Mathieu Klein, président de la Meurthe-et-Moselle :

.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a chargé un expert, l’ex-député normand Philippe Duron, de déterminer quels projets seront retenus comme prioritaires dans les cinq années à venir. Ses premiers arbitrages doivent être rendus dès la mi-décembre.

Il reste également la question du tracé de l’A31 bis à établir. C’est le point noir du projet. Ce projet d’A31 bis concerne 90 km de voirie qui inclut la mise en place de 2×3 voies à plusieurs endroit du tracé, mais aussi la création de nouveaux tronçons à 2×2 voies. Le débat n’est pas prêt d’être terminé.

En lien avec

Laisser un commentaire