Décider de sa fin de vie : le combat de l’ADMD de passage à Metz

Décider de sa fin de vie : le combat de l’ADMD de passage à Metz

L’ADMD, Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, a terminé son tour de France estival ce samedi, à Metz. Les jeunes de l’association se sont mobilisés sur les routes durant un mois, afin de parler de la fin de vie. Un sujet pas forcément très joyeux, mais important.

Depuis 37 ans, l’ADMD se bat pour qu’une loi sur la fin de vie voit le jour. Une loi permettant à chacun de décider de sa mort, lorsque cette volonté est exprimée de manière consciente, et proposant alors une aide à mourir humaine et assumée, s’imposant au corps médical. En clair, la nouvelle loi réclamée par l’association implique le suicide assisté et la libéralisation de l’euthanasie.  Selon un sondage Ifop de 2014, 96% des Français réclament la possibilité de choisir. Ecoutez Jean-Luc Romero, président de l’ADMD :

.

En 2016, la loi Leonetti-Claeys a été revisitée pour la troisième fois en 10 ans, et autorise alors, dans des conditions extrêmement restrictives, la sédation profonde et continue. Trois lois en dix ans, qui ne répondent toujours pas aux attentes des Français. En cause notamment : la religion ou la bioéthique. L’avis de Thomas Scuderi, adjoint au maire à la ville de Metz, et délégué départemental à l’ADMD :

.

En attendant qu’une loi soit décidée, un jour, l’ADMD propose à ses adhérents de remplir une directive anticipée. Ce document permet de déclarer officiellement ses choix pour sa fin de vie. Précisions de Jean-Luc Romero, et de Mélanie Raphaël-Bethune, co-responsable des jeunes à l’ADMD :

.

L’ADMDTour s’est clôturé ce samedi à Metz. Une nouvelle tournée devrait avoir lieu l’année prochaine. Plus d’informations sur le site de l’association.

En lien avec

Laisser un commentaire