Metz, future métropole : ce que ça va changer

Metz, future métropole : ce que ça va changer

La ville de Metz sera officiellement une métropole au 1er Janvier 2018. Ce statut lui permettra de peser un peu plus lourd au sein de la région Grand Est. Mais concrètement, qu’est-ce que cela va changer ? Réponse avec Jean-Luc Bohl, président de Metz Métropole…

Devenir une métropole, la ville et ses élus l’ont souhaité. Lorsque ce changement de statut a été officialisé en début d’année 2017 par l’Assemblée Nationale, les maires des 44 communes de Metz Métropole ont validé à l’unanimité le 3 mars dernier cette décision. En devenant une métropole, la ville de Metz va récupérer de nouvelles compétences, à commencer par la compétence « voiries d’intérêts communautaires ». « C’est pour qu’il y ait, pour l’ensemble du territoire, nous explique Jean Luc Bohl, une prise en compte territorialisée comme l’étaient les DDE à l’époque, qui permettent d’avoir une réactivité et une prise en compte des attentes et des urgences en matières d’infrastructures routières, et donc sur les rues et les trottoirs ».

La métropole va également récupérer trois des neuf compétences du département de la Moselle. Des négociations vont donc devoir avoir lieu avec Patrick Weiten, président du Conseil départemental de la Moselle, dans les deux ans qui viennent. Il s’agira de « voir comment on peut,  utilement et intelligemment, quadriller le territoire sur trois compétences ». Les négociations n’ont pas encore débuté, mais Jean Luc Bohl se montre plutôt confiant : « Je crois qu’il y a un état d’esprit qui va plutôt dans le sens à favoriser les choses ».

Outre ces aspects un peu techniques, le fait d’obtenir ce nouveau statut va permettre à l’agglomération de peser un peu plus lourd au sein de la grande région, et donc de faire face aux métropoles de Strasbourg et Nancy. « Nous revenons de loin, souligne le président de Metz Métropole. Nous avions perdu notre statut de capitale de région avec la nouvelle région Grand Est. Nous avions aussi perdu le statut de préfecture de région. Donc là aujourd’hui, on revient dans la cour des grands […] et ça nous donne forcément plus de visibilité, plus de réactivité potentielle sur un plan économique, et plus de force dans le sens où nous sommes des interlocuteurs directs de l’Etat et de la Région sur les grands sujets économiques ».

Mais pour les habitants, qu’est-ce que cela va changer ? Et bien pour Jean Luc Bohl, pas grand-chose, notamment du côté de la fiscalité. « Aujourd’hui, nous perdons 3,5 millions d’euros par an en terme de dotations de l’Etat. Avec l’accession au rang de métropole, nous ne perdrons plus, voire nous gagnerons […] Donc nous ne nous situons pas sur la levée d’impôts supplémentaires, mais bien sur la recherche de recettes de la part de l’Etat et évidemment d’entreprises susceptibles de venir s’implanter sur notre territoire, parce que les métropoles attirent bien plus que les territoires intermédiaires ».

Pas d’augmentation d’impôts donc, mais un espoir de voir l’agglomération se développer, attirer plus d’entreprises, ou de touristes. Il faudra néanmoins attendre quelques années avant de pouvoir mesurer l’impact que ce changement de statut peut avoir sur une ville comme celle de Metz.

L’interview en intégralité :

 

Alicia Méchin

En lien avec

Laisser un commentaire