Vendredi Saint  férié en Alsace-Moselle : pourquoi ?

Vendredi Saint férié en Alsace-Moselle : pourquoi ?

Le Vendredi 14 Avril, dit Vendredi « Saint », n’est férié qu’en Alsace et en Moselle. Une exception qui ravit les habitants de ces deux territoires. Mais pourquoi n’est-elle pas appliquée au reste de la France ? Explications…

Le Vendredi Saint est à la base une fête religieuse, travaillée, où l’on fête la crucifixion et la mort de Jésus Christ. Pour comprendre comment ce jour est devenu un jour férié en Moselle et en Alsace, il faut remonter à la fin du 19ème siècle (1871), lors de l’Annexion, par l’Empire allemand, de ces deux territoires français. Le jour férié avait été instauré par ordonnance par l’Allemagne, et le droit local a subsisté, depuis le rattachement de l’Alsace-Moselle la France. Lors de ce rattachement, après 1918, les lois françaises se sont appliquées petits à petit aux deux territoires, tout en gardant quelques lois allemandes. Pour les mêmes raisons, le 26 décembre est uniquement férié en Alsace-Moselle.

Aujourd’hui, le droit local s’est inscrit dans les mœurs mosellanes et alsaciennes, non plus pour son aspect religieux mais plutôt culturel. Il reste néanmoins un sujet très traité en politique, puisqu’il débouche généralement sur des questions sur la laïcité.

Cette année, certains candidats à l’élection présidentielle souhaitent remettre en question le Concordat. Parmi eux, on retrouve Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de La France insoumise souhaite abroger le Concordat d’Alsace-Moselle, qui « coûte 55 millions d’euros d’argent public par an » et qui « est contraire à l’égalité dans l’exercice des cultes », selon le candidat.

Même son de cloche pour Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière, qui entend abroger également le Concordat. « La laïcité de l’Etat actuel n’est qu’un vague compromis avec l’église catholique élaboré en 1905. C’est tellement un texte de compromis qu’il faut rappeler qu’après 1918, l’Etat n’eut jamais le courage de l’appliquer à l’Alsace Lorraine, ce qui serait quand même un minimum un siècle plus tard ! »

François Fillon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan ou encore Benoit Hamon ne souhaitent pas toucher au Concordat. Philippe Poutou, Jean Lasalle, Jacques Cheminade, et François Asselineau ne se sont pas exprimés sur ce sujet, pour le moment.

En lien avec

5 Commentaires

  1. Ourda
    13 avril 2017 at 20 h 38 min Reply

    Melanchon power ! La laïcité se prend une claque chaque année avec ce jour férié et les commtes de l’état aussi…

    1. Zentrid
      14 avril 2017 at 7 h 59 min Reply

      si on enleve le vendredi saint pour laicité, alors que l’on fasse la même chose pour noël et autres fetes religieuse.

  2. Miche
    14 avril 2017 at 7 h 06 min Reply

    La laïcité ne prend pas de claque lol.. les mulsulmans, les juifs, les chretiens, les sans religion comme moi sommes tous heureux d’être à la maison aujourd’hui, bonne journée, bon travail ha ha.

  3. Auguste
    14 avril 2017 at 11 h 27 min Reply

    C’est à toute la France que devrait être étendu ce férie, je suis aussi pour l’abolition du concordat, mais seulement pour revenir à la situation d’Ancien Régime, bien plus saine…

  4. Matsama
    14 avril 2017 at 11 h 29 min Reply

    Touche pas
    à nos coutumes. Sinon l’Alsace Moselle deviendra un territoire autonome

Laisser un commentaire